Pour faire face à l’impact de la sécheresse : Appel à un plan d’aide urgent au profit des agriculteurs

10/05/2023 mis à jour: 03:53
846

Abordant la situation du stress hydrique que vit le pays, le professeur Ali Daoudi a appelé, hier, les pouvoirs publics à adopter un plan d’urgence d’aide aux agriculteurs affectés par la sécheresse. «Derrière ce stress hydrique, il y a le stress humain et économique», résumera-t-il. «La situation est critique. 

Les agriculteurs, qui constituent notre armée alimentaire, ont besoin d’être soutenus. Nous ne pouvons pas sacrifier les céréaliers et les éleveurs», lancera-t-il comme appel. «Si on les abandonne, ils n’auront pas de quoi rebondir, semer la prochaine campagne et reconstituer leurs cheptels», expliquera-t-il. 

D’où l’urgence de mettre en marche un plan à travers le rééchelonnement des dettes, la facilitation d’accès aux crédits agricoles pour les campagnes futures (même en cas de non-remboursement des crédits déjà obtenus) et le lancement d’enquêtes sur la situation sociale des agriculteurs de manière à connaître leurs revenus et débloquer des aides, notamment en payant leurs cotisations annuelles. Il s’agit aussi de rendre accessibles les crédits aux semences. 

En somme, les agriculteurs ont besoin d’un signal fort de la part des pouvoirs publics. Mais, au-delà des solutions conjoncturelles, à long terme, une stratégie d’adaptation à la sécheresse, qui intègre éléments d’urgence, s’impose. Comment ? A travers des crédits d’investissements en faveur des techniques d’adaptation pour réduire l’impact des crises en cas d’année agricole difficile. 

Un programme clairement défini et des infrastructures pour la mobilisation. Mais surtout des financements pour la recherche des solutions adéquates adaptées aux territoires. «Un énorme programme est à mettre en place. L’Australie, l’Afrique du Sud et bien d’autres pays l’ont fait. Autant s’inspirer de ces expériences», conclura M. Daoudi. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.