Point de vue / Asie : la paix permanente réside dans le bon voisinage

01/04/2023 mis à jour: 21:35
805

L’évolution récente de la situation au Moyen-Orient donne à réfléchir. L’Arabie Saoudite et l’Iran sont en train de conclure qu’il est dans leur intérêt mutuel de vivre en harmonie, d’enterrer la hache de guerre et de consacrer leurs vastes ressources au service de leur propre développement plutôt que de les gaspiller dans un effort futile de destruction mutuelle. 

La maxime de l’ancien président mexicain Benito Juárez : «Entre individus, comme entre nations, le respect des droits d’autrui, c’est La Paz», est mise en scène par la reprise des relations diplomatiques entre Riyad et Téhéran, et la réactivation de leurs accords de coopération et de sécurité.

En réalité, le rétablissement des relations entre l’Arabie Saoudite et l’Iran réduit le Maroc, comme les autres pays arabes signataires des accords d’Abraham, à l’état de feuille morte. Le trophée recherché était le symbolisme de l’Arabie saoudite, et l’Arabie saoudite quitte le giron du duo Trump-Netanyahou. L’inimitié constante avec le voisin acquiert une dynamique propre et crée un cercle vicieux mortel d’action et de réaction que seule la clairvoyance peut contenir. Le Maroc peut-il tirer des leçons de l’expérience saoudienne et de sa propre expérience ?

Le Maroc, depuis son indépendance en 1956, s’est appuyé sur une vague d’invasions contre ses voisins comme stratégie pour sa propre sécurité et son développement, ainsi que pour profiter de circonstances obscures et d’alliances contre nature. Aujourd’hui, la diplomatie marocaine, surprise par les changements soudains sur la scène internationale, est en pleine turbulence, s’embrouille et réagit avec perplexité. Plus proche du jonglage de rue que de la vision juste, le recours à une diplomatie de l’extorsion où tout est permis - de préférence tout ce qui ne l’est pas - tout ce qui n’est pas conventionnel ou légalement ou moralement admis atteint les limites de l’absurde.

Un demi-siècle de déni de l’existence de son voisin, de falsification de l’histoire, de chantage, de menaces, de pactes faustiens et d’achat de testaments n’ont fait qu’exposer le modus operandi d’un réseau peu recommandable que Rabat qualifie de diplomatie habile. 

Aujourd’hui, tout s’écroule. L’Union européenne découvre avec stupeur que sa démocratie a été bouleversée par les mécanismes de corruption qui rongent son parlement. La permissivité et la complicité ont conduit à ce que les lois de l’UE se conforment aux caprices de cette diplomatie. Les enquêtes «Morocco gate» révèlent chaque jour une ambiance de pègre grâce à la diplomatie «dynamique» ; l’insolence de cette diplomatie, L’insolence de cette diplomatie commence à créer un sentiment de lassitude dans les couloirs du parlement et des institutions européennes. L’image du royaume s’enfonce dans la fange d’une corruption qu’il a lui-même créée. Pris en flagrant délit, les masques tombent, les ruses et les chicaneries s’effondrent lamentablement. 

Même les estomacs des charognards, blasés, commencent à vomir tant d’abats avalés. Seuls, impudemment, les dévoreurs de crapauds s’accrochent à leur hallucination et à leur dévotion pour leur vénéré voisin. S’ils persistent dans leur festin amphibien, bon débarras ! Bientôt, ils seront obligés d’avaler des anacondas. 

Il sera trop tard pour découvrir que le voisin vénéré n’est autre que l’ami infidèle. Winston Churchill avait déjà eu à faire face à des circonstances similaires de politique d’endiguement, et surtout à un voisin impénitent qui confond bon voisinage et soumission, et en avait sagement déduit que   «celui qui s’humilie pour éviter la guerre, a l’humiliation et aura aussi la guerre». 

Sánchez et son ministre Albares, pleins de confiance dans une «nouvelle ère» avec le Maroc voisin, trahissent une fois de plus le peuple sahraoui voisin et les autres voisins du Maghreb. L’inexpérience a suscité l’enthousiasme, et l’enthousiasme a conduit à l’adhésion de la partie maghrébine aux accords d’Abraham. Sans s’en rendre compte, ils ont pris le train en marche d’une initiative dont ils ne contrôlent pas la dynamique et dont ils ignorent la carte des prochaines stations. 

Une politique qui obéit plus aux intérêts personnels et aux cris des ensorcelés du makhzen de la direction du PSOE qu’aux intérêts stratégiques de l’Espagne. En fin de compte, aucun des architectes des accords d’Abraham n’avait à l’esprit les intérêts des pays arabes, ni ceux d’Israël. Chacun avait à l’esprit ses propres difficultés politiques à l’intérieur du pays. Pour Trump, à l’agonie de son administration, ses plans étaient axés sur son avenir politique et sur l’obtention du soutien du lobby israélien (AIPAC) et de l’appui des chrétiens évangéliques aux États-Unis pour sa prochaine bataille électorale. 

Pour Netanyahou, gagner les élections, s’accrocher au pouvoir et éviter le banc des accusés pour corruption. Pendant ce temps, Mohammed VI s’empresse de charger son ambassadeur à Washington de décorer le président Trump, le jour même de la prise d’assaut du Capitole - symbole de la démocratie américaine - par les hordes trumpistes, de la plus haute distinction décernée par le royaume. Le Maroc pensait que le tweet de Trump serait l’affaire qui créerait un effet de cascade et que l’UE et le reste du monde applaudiraient l’initiative disloquée. 

Pour l’administration Biden, la reconnaissance par Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental n’était qu’une reconnaissance personnelle de Trump et un héritage embarrassant en suspens. Tout cet imbroglio est une fraude. Tout cela n’a pas changé d’un iota le caractère de la question sahraouie. Elle reste ce qu’elle a toujours été : une situation coloniale inachevée. Cela n’a pas non plus terni l’image de l’agression marocaine. Le conflit reste ce qu’il a toujours été : une invasion et une occupation militaire à part entière, et un défi au droit international. 

Pour ne rien arranger, les accords d’Abraham n’ont pas seulement été édulcorés, ils sont manifestement en train de s’effondrer. Les Tweets, les alliances tordues et déstabilisatrices ne sont pas des raccourcis pour la résolution des conflits ; elles ne remplacent pas l’effet magique du bon voisinage. Le Maghreb se porterait certainement mieux sans alliances agressives, ni accords opaques, et l’Europe serait moins inquiète pour son flanc sud. Il est temps pour l’UE d’assumer sa responsabilité dans le conflit du Sahara occidental et de contribuer efficacement à la paix et à la stabilité dans cette région si intrinsèquement liée à l’Europe, non seulement historiquement, mais aussi économiquement et en termes de sécurité. 

Continuer à ignorer cette réalité, attiser les flammes de ce conflit, ou l’ignorer, inviterait d’autres à jouer ce rôle qui, par proximité et par logique, n’appartient qu’à l’Europe. On ne peut pas continuer à traiter sur un pied d’égalité l’agresseur et l’agressé, à choisir à notre guise quelle résolution de l’ONU respecter, à encourager l’agression et à espérer la paix et la sécurité dans la région. Après un demi-siècle, seuls un nouveau paradigme et une nouvelle vision peuvent cicatriser l’une des blessures les plus profondes laissées par la présence de l’Europe en Afrique. 

 

Par Alien Habib Kentaoui Auserd (camps de réfugiés sahraouis)

Copyright 2024 . All Rights Reserved.