Petits commerces et réseaux sociaux : Une activité à la page

19/04/2022 mis à jour: 17:31
2211
Pour la plupart des commerçants branchés au Net, le challenge est d’attirer le maximum de clients ( photo : el watan )

Si vous entreprenez une petite marche à pied ou roulez en voiture à travers les rues de Béjaïa, Akbou, Amizour ou Sidi Aich, pour ne citer que ces localités là, vous êtes déjà sûrement déjà tombés sur le spectacle d’une immense foule agglutinée devant un magasin et vous vous êtes probablement demandés ce qui attirait autant de monde devant une boutique quelconque qui n’a rien de spécial. 

Renseignement pris, vous vous rendez compte qu’il s’agit le plus souvent de promotions et d’arrivages de nouveaux articles à des prix défiant toute concurrence. 

Une fois n’est pas coutume, ces clients qui jouent du coude pour entrer dans une boutique ne le font pas pour un sachet de lait pasteurisé ou un bidon d’huile de colza. 

Ils répondent à des annonces de pages Facebook ou Instagram et sont là pour s’arracher des polos, des chaussures de mode ou des blousons qui viennent d’arriver de Turquie, de Malaisie ou d’ailleurs. 

Il est vrai, toutefois, que le phénomène n’est pas propre à Béjaïa mais est commun à toutes les villes du territoire national d’est en ouest et du nord au sud. 

Beaucoup de boutiques et de commerces ont ouvert leurs propres pages Facebook et faire de la promo sur les réseaux sociaux. 

Les superettes et grandes surfaces aussi en font de même. Les propriétaires ou leurs employés font des «lives» et des vidéos pour annoncer l’arrivée de nouveaux produits ou le lancement de nouvelles promotions. 

Une publicité directe, quasiment gratuite et interactive puisque les clients peuvent réagir, commenter et même demander des renseignements sur tel ou tel produit. 

Certains commerces ont acquis ainsi une belle réputation et multiplié par cent leurs chiffres d’affaires en attirant une clientèle qui n’évolue pas forcément dans leur giron géographique. 

Comme attendu, le succès des pionniers entraîne les autres à les imiter. Ainsi, petit à petit, les réseaux sociaux sont en train de changer le mode de vie des Algériens dans tous les domaines. Il suffit d’un smartphone et d’une connexion Internet et le tour est joué. 

Le monde n’est plus un village global, mais une boutique générale où tout se vend et tout s’achète. 

L’ironie du sort, dans cette affaire, est de se dire qu’en faisant une intrusion tonitruante dans le monde virtuel des réseaux sociaux, le petit commerce fait sa révolution bien avant le secteur bancaire qui n’a pas encore su prendre le virage numérique. 

Aujourd’hui, beaucoup de boutiques, magasins de mode, spécialement celles qui vendent des vêtements, hommes et femmes, chaussures, électroménager, produits de beauté et tutti quanti, ont des pages Facebook et Instagram pour se faire connaître et faire leur propre promotion. 

Il faut dire que la concurrence est rude entre boutiques opérant dans le même secteur et il faut sortir du lot pour survivre dans la jungle du commerce, le challenge étant d’attirer un maximum de clients. 

Beaucoup de commerces et de sites de vente font même de la livraison à domicile, mais le fait que le pays cumule un immense et inexplicable retard en matière de paiement en ligne ne permet pas de donner un véritable coup de fouet à cette activité. 

Les petits commerces, toutefois, montrent la voie. 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer