Pedro Sánchez réélu à la tête du gouvernement : Une législature tumultueuse s’ouvre en Espagne

18/11/2023 mis à jour: 13:40
1719
Le socialiste Pedro Sanchez a été élu chef du gouvernement avec les voix de 179 députés, sur un total de 350 dans l’assemblée

Pedro Sánchez, le chef du Parti socialiste espagnol (PSOE), a été réélu président du gouvernement avec une majorité absolue, recevant le soutien de 179 députés au Congrès . Les partis tels que le PSOE, Sumar, Junts, ERC, EH Bildu, PNV, BNG et Coalición Canaria ont exprimé leur soutien en faveur du candidat. 

En revanche, le Parti populaire (PP), Vox et UPN ont voté contre, réunissant un total de 171 voix, lors du vote, qui s’est déroulé à voix haute, comme le prévoit le règlement. 

 

Pedro Sánchez, le chef du Parti socialiste espagnol (PSOE), entame son deuxième mandat en tant que président, en plus de la période pendant laquelle il a dirigé le gouvernement, suite à une motion de censure contre le gouvernement de Mariano Rajoy. 

Il deviendra officiellement le nouveau chef du gouvernement lors de son entrée en fonction et de sa prestation de serment de la Constitution devant le roi Felipe VI. Après son entrée en fonction, M.  Sánchez décidera de la composition de son nouveau gouvernement. 

Bien qu’il n’y ait pas de délai fixé pour la nomination des ministres, on estime que les noms des ministres seront connus au début de la semaine prochaine, que leurs nominations seront publiées au BOE, le lendemain, et qu’ils prêteront serment devant le président et le roi Felipe VI. M. Sánchez, qui a remporté 121 sièges lors des élections législatives du 23 juillet, se classant derrière le PP d’Alberto Núñez Feijoo avec 137 sièges, formera un gouvernement de coalition avec Sumar qui a obtenu 31 sièges.

 Bien que Sánchez ait obtenu la majorité absolue, cela ne constitue pas une approbation inconditionnelle pour le président du gouvernement. Au cours du débat, les indépendantistes catalans et basques l’ont averti que la stabilité de son exécutif serait conditionnée à la réalisation des engagements pris. Les 179 voix obtenues, représentant la plus grande majorité lors d’une investiture depuis les 187 obtenues par Mariano Rajoy, en 2011, ne dissipent pas les incertitudes entourant le début de la législature. 

L’élection de M. Sánchez survient, à la suite de pressions exercées par le PSOE en faveur d’une amnistie dans l’ensemble du procès, en échange du soutien des indépendantistes catalans ERC et Junts. Le leader de ce dernier, Carles Puigdemont, et le numéro trois du PSOE, Santos Cerdán, se sont rencontrés en Belgique pour sceller cet accord. Par ailleurs, M. Sánchez s’est engagé à réduire de 15 milliards d’euros la dette catalane, ce qui pourrait entraîner des tensions territoriales. 

En ce qui concerne le PNV, le prix de son soutien a été la cession de la gestion du régime économique de la sécurité sociale. Le vote d’investiture préfigure une législature tumultueuse, où Sánchez dépendra constamment du soutien de ses partenaires lors des votes, sans qu’une majorité alternative puisse être construite. 

De plus, le début de la législature est marqué par une rupture totale entre le PSOE et le PP, rendant impossible la conclusion d’un accord d’État, même face à l’incertitude économique et politique qui prévaut en Espagne et dans le reste du monde. M. Sánchez devrait dévoiler la composition de son nouveau gouvernement alors que subsiste l’incertitude quant au nombre de portefeuilles que Sumar détiendra. 

Au cours de la précédente législature, Podemos en avait obtenu cinq, incluant une vice-présidence du gouvernement. Cependant, l’annonce selon laquelle le gouvernement réduira le nombre de ses 22 ministres actuels rendra difficile la possibilité de reproduire les résultats obtenus il y a quatre ans. Cette situation met en lumière l’intensité des tensions politiques au début de la législature. 

Les dissensions s’étendent même au sein du groupe parlementaire Sumar où les cinq députés de Podemos pourraient éventuellement se diviser si ni Irene Montero ni Ione Belarra, les deux ministres actuelles de Podemos, ne sont réintégrées dans le groupe. Dans sa réponse, M. Sánchez a pris l’engagement d’améliorer la communication avec ses alliés, reconnaissant que le gouvernement de coalition avait dû prendre «des décisions extrêmement difficiles et complexes» au cours des dernières années, compte tenu du contexte international «Dans le cadre de la démocratie espagnole, la souveraineté réside au sein de cette Assemblée, où s’exprime la volonté du peuple», a-t-il affirmé, soulignant que le gouvernement et l’opposition méritaient un respect égal. Il a exprimé sa gratitude à tous les groupes qui lui ont apporté leur soutien dans toutes les langues co-officielles.
 

Avertissements des partenaires

La période législative s’annonce complexe, car les partenaires indépendantistes et nationalistes au sein du gouvernement ont clairement indiqué que leur accord ne garantit pas un soutien automatique pour toute la durée de la législature. Sánchez devra gagner leur appui à chaque vote, ce qui signifie que la stabilité du gouvernement sera étroitement liée aux avancées concrètes obtenues dans les accords convenus. Tout d’abord, le PSOE et Junts envisagent d’inaugurer des pourparlers dans un pays étranger, en présence d’une équipe internationale de vérificateurs. La première réunion est prévue ce mois-ci, lors de laquelle Junts exposera son intention d’organiser un référendum d’autodétermination pour la Catalogne. 

Cependant, le PSOE s’oppose à cette approche et suggère plutôt de renforcer autant que possible le statut catalan actuel. Le représentant d’EH Bildu, Mertxe Aizpurua, a mis en garde M. Sánchez en affirmant qu’ils le soutiennent «sans stratagèmes, spéculations, menaces, ou mises en garde». Toutefois, il a souligné que des avancées en matière de souveraineté et de droits sociaux sont attendues, car leur soutien n’est pas inconditionnel. Il a affirmé que le peuple basque a clairement exprimé dans les urnes la nécessité de «stopper l’extrême droite». 

C’est pourquoi leur groupe a immédiatement soutenu cette investiture, sans négocier de «récompenses» au cours de ces derniers mois, mais plutôt en se basant sur leur «principe antifasciste». Aitor Esteban, le représentant du PNV, a signalé qu’il observera attentivement tous les accords conclus et qu’il défendra vigoureusement l’autonomie basque, même en cas d’isolement. Il a exprimé son manque de confiance en la parole donnée et a souligné que toute intention d’approuver une mesure économique devrait prendre en compte les compétences autonomes et l’accord économique basque.
 

Feijoo à Sánchez : «C’est une erreur !»

Feijoo assumera, désormais, le leadership de l’opposition qui s’annonce particulièrement tendue, en raison des accords conclus avec les indépendantistes. Ces accords ont suscité une vive contestation dans la rue, manifestée à travers les rassemblements organisés par le PP. 

Après le vote, Alberto Núñez Feijóo s’est dirigé vers Pedro Sánchez pour échanger une poignée de main, conforme aux traditions parlementaires. Malgré les acclamations de «président, président !» émanant du banc socialiste, le chef du PP a félicité le président du gouvernement pour sa réélection. Cependant, Feijóo a confié à Sánchez : «C’est une erreur !» comme il l’a ensuite confirmé aux médias.

 Après l’approbation du Congrès pour l’élection de Sánchez, le chef de l’opposition a exprimé ses préoccupations quant à la situation de Sánchez, qu’il estime être sous l’emprise d’un «accord mensuel devant être conclu avec le mouvement indépendantiste». «En sortant, je suis plus inquiet qu’à mon entrée, et j’ai également observé que le Parti socialiste est clairement sous l’influence de ceux qui souhaitent, tout d’abord, la reconnaissance d’une nation distincte de l’Espagne, et deuxièmement, un référendum sur l’autodétermination. Ils ont averti hier que si ces demandes ne sont pas satisfaites, la stabilité de cette législature est compromise», a-t-il mis en garde. 
 

De plus, pour M. Feijóo, le fait que le Parlement européen s’apprête à débattre «de la garantie ou non de l’État de droit en Espagne» est «la pire façon de commencer une législature», car cela affecte la réputation internationale de l’Espagne et «notre démocratie». Le chef du Parti populaire a lancé des «signaux d’alarme démocratiques», soulignant que son parti s’engagera à «restaurer la rationalité que l’ambition personnelle du candidat, désormais président, a menée à une impasse, à savoir que le président du gouvernement est influencé par le mouvement indépendantiste».

 «Le chef du parti populaire (PP), Alberto Núñez Feijóo, a critiqué le fait que le président du gouvernement restera en fonction aussi longtemps que le mouvement indépendantiste le désirera. Malheureusement, il a souligné que les décisions ne seront pas prises au sein de cette Assemblée, mais plutôt en dehors de celle-ci et en dehors de l’Espagne.»
 

Espagne 
De notre correspondant  Ali Ait Mouhoub
 

 

 

 Les arrivées de migrants aux Canaries ont dépassé cette année le record de 2006

 

Le nombre de migrants arrivés depuis le début de l’année aux Canaries a dépassé celui de 2006, année d’une crise migratoire record dans ces îles espagnoles situées au large de l’Afrique, selon des chiffres officiels
publiés jeudi. 

Entre le 1er janvier et le 15 novembre, 32 436 migrants ont débarqué dans l’archipel espagnol, contre un total de 31 678 sur l’ensemble de l’année 2006, selon un rapport du ministère de l’Intérieur. Ce nombre représente un bond de 118% par rapport à la même période de 2022. Selon des chiffres publiés mercredi par l’agence européenne de garde-côtes et de garde-frontières Frontex, le nombre de migrants arrivés aux Canaries sur le seul mois d’octobre (13 006) représente un record depuis qu’elle a commencé à collecter des données en 2009. Depuis quelques années, la route migratoire vers les Canaries, dans l’océan Atlantique, est particulièrement empruntée par les migrants, en raison du durcissement des contrôles en Méditerranée. 
Les naufrages sont fréquents lors de ces longues et dangereuses traversées effectuées à bord de petites embarcations précaires. Selon l’ONG espagnole Caminando Fronteras, qui s’appuie sur des appels d’urgence des clandestins en mer ou de leurs proches, plus de 7800 migrants sont morts de 2018 à 2022 en tentant de rejoindre les Canaries. Au premier semestre 2023, ils ont été 778. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.