Mondiaux d’athlétisme 2022  : Le 1500m spécialité algérienne a disparu…  

18/07/2022 mis à jour: 13:16
3578

C ’est une première dans l’histoire de l’athlétisme algérien. A Eugène où se déroulent actuellement les 18e Championnats du monde d’athlètisme, aucun athlète algérien n’est qualifié dans l’épreuve du 1500m, pour ne citer que cette spécialité. 

Aux JM d’Oran, les deux Algériens engagés sur 1500m n’ont pas réussi à briller, à l’image de Salim Khedar, qui a terminé 7e en 3’44’’18. Il y a 39 ans, les athlètes Abderrahmane Morceli, et Mehdi Aidat étaient les seuls Algériens ayant disputé les 1ers Championnats  du monde, qui ont eu lieu en 1983 à Helsinki en Finlande. Du coup, cette spécialité algérienne, voire maghrébine, qui a émerveillé le monde lors des Olympiades et des Championnats du monde a disparu. Pourtant depuis l’existence de l’athlétisme, l’épreuve reine du 1500m a donné d’énormes satisfactions, à l’Algérie grâce aux  champions olympiques et du monde : Noureddine  Morceli, Taoufik Makhloufi, Hassiba Boulmerka et Nouria Benida. Tout le monde pensait que la relève serait assurée après les beaux  exploits des juniors spécialisés du 1500 m Imed Touil (champion du monde, Pologne 2008, Abderrahmane Anou (vice-champion du monde Canada 2010) et Miloud Abaoub 3e au Mondiaux juniors de Sydney 1996

La disparition du 1500 m aux Mondiaux prouve que l’athlétisme est en train de perdre ses atouts. Chez nous, on  n’a jamais essayé de porter une réflexion objective sur le sujet de la déperdition des meilleurs athlètes, ni sur l’inquiétante régression du demi-fond algérien. En l’absence d’entraîneurs nationaux et de collèges techniques spécialisés, on voit très mal qui va solutionner le problème de la décadence de beaucoup de spécialités. 

Actuellement l’athlétisme algérien n’a pas de relève des Triki, Bouanani, Bouradda, Bouzebra, Cherabi, pour ne citer que cela. L’analyse des niveaux des résultats des Championnats du monde d’Oregon vont sans doute être révélateurs du fossé qui nous sépare de l’athlétisme mondial, notamment pour les JO de Paris 2024. 
Les résultats des Jeux méditerranéens sont loin d’être une référence. Face à cette situation critique, le MJS doit prendre les «choses en main», selon une source sûre. 
 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer