Méditerranée occidentale : Nouveau record de décès de migrants

10/01/2024 mis à jour: 10:31
1835
Photo : D. R.

Durant l’année 2023, 84 bateaux ou embarcations transportant des migrants clandestins voyageant de l’Afrique du Nord vers l’Espagne ont coulé et tous leurs passagers sont portés disparus.

Nouveau bilan macabre ! L’immigration clandestine à partir de la côte nord-africaine à destination de l’Espagne devient de plus en plus risquée. Le nombre de candidats à la traversée qui meurent ou disparaissent en haute mer ne cesse d’augmenter.

Celui des arrivées à bon port aussi. En effet, selon un rapport de l’ONG espagnole, Caminando Fronteras, présenté hier à la presse,  «6 618 migrants ont perdu la vie en tentant de rejoindre l’Espagne depuis les côtes nord-africaines en 2023». Ayant traité l’afflux de migrants irréguliers vers l’Espagne durant l’année écoulée, le rapport souligne que le nombre de morts ou de disparus en mer a augmenté de 117% par rapport à 2022.

«Ce chiffre est le plus élevé depuis que nous avons commencé à faire notre travail de recensement en 2007», note l’ONG, affirmant ainsi que «2023 a été l’année la plus meurtrière avec en moyenne un mort toutes les 18 minutes dans les eaux entre l’Afrique du Nord et l’Espagne».

Selon la même source, en 2022, le nombre de migrants décédés en mer était de 2 390. Ce bilan de guerre, dénonce Helena Maleno, coordinatrice de l’ONG espagnole, est dû «au manque de moyens des sauveteurs en mer». Pour montrer l’ampleur de ce drame migratoire, l’organisation rappelle son rapport publié en 2022 donnant le chiffre de 11200 migrants morts ou disparus en tentant de rejoindre l’Espagne en quatre ans (2018 et 2022), soit six décès par jour en moyenne.

Le rapport révèle aussi que la route maritime des îles Canaries est la plus utilisée pour l’immigration clandestine, comme elle est la région où le plus grand nombre de migrants clandestins ont perdu la vie (60007). Le reste des décès de migrants irréguliers, lit-on dans le document, «s’est produit sur la route entre l’Algérie et l’Espagne (434), le détroit de Gibraltar (147) et la mer d’Alboran (30)».

84 bateaux et embarcations ont coulé

L’ONG fait savoir, dans la foulée, que durant l’année 2023, 84 bateaux ou embarcations transportant des migrants clandestins voyageant de l’Afrique du Nord vers l’Espagne ont coulé et tous les passagers sont portés disparus. Les victimes, «dont 363 femmes et 384 enfants, enchaîne le document «sont issues de 17 pays africains».

Outre le nombre de morts, le rapport de Caminando Fronteras fait état d’un afflux sans précédent de migrants clandestins en Espagne. Le nombre de personnes ayant réussi à atteindre l’Espagne a, selon cette source, presque doublé en 2023.

Ils sont 56 852 personnes à pouvoir rejoindre la côte espagnole et les îles Canaries, avec une hausse de 82,1% par rapport à 2022. Ce bond, estime le rapport, est lié particulièrement «à la situation au Sahel».

Ce chiffre, concernant les arrivées en Espagne, «est également le plus élevé depuis 2018», année au cours de laquelle 64 298 migrants étaient arrivés dans ce pays qui est l’une des principales portes d’entrée en Europe avec l’Italie et la Grèce.

Pour rappel, l’agence européenne Frontex avait précisé que les migrants arrivés aux Canaries provenaient en particulier du Maroc et du Sénégal mais aussi de Gambie et de Guinée. En dépit de la dangerosité du périple de plus de 
1000 km dans des pirogues de pêcheurs, le Sénégal a fait face, ces derniers mois, selon les médias locaux, à un flot de départs vers cet archipel espagnol.

Devant ces arrivées massives, les autorités régionales de l’archipel se disent «débordées et ne parviennent pas à gérer cette situation, notamment en raison de la présence parmi les foules de migrants de plus de 4000 mineurs non-accompagnés, nécessitant une prise en charge dans des centres d’accueil».

En septembre dernier, rappelons-le, le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) a recensé plus de 2500 migrants morts ou portés disparus en Méditerranée durant les neuf mois de l’année 2023. L’agence onusienne note, elle aussi, une augmentation de 50% le nombre de décès en haute mer par rapport à 2022 (1680 morts).

Sur la même période, ajoute le HCR, 186 000 migrants irréguliers ont rejoint l’Europe. Ces chiffres démontrent que ni les dangers de mort ni les lois restrictives en Europe ne dissuadent «les porteurs du projet migratoire». 
 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.