Mahieddine Khalef : «Le parcours de la CAN-1980 était un exploit»

15/01/2022 mis à jour: 19:01
12298
Photo : D. R.

Mahieddine Khalef, le sélectionneur de l’équipe d’Algérie, évoque le tournoi de la CAN-1980 où l’Algérie a disputé et perdu (0-3) contre le Nigeria, pays organisateur.

  • Quels souvenirs gardez-vous de la CAN-1980 ?

C’est loin. Il faut utiliser la machine à remonter le temps pour se souvenir de tout ce qui s’est passé il y a près d’un demi-siècle. Il faut souligner que c’était la seconde participation de l’Algérie à la CAN après la première qui a eu lieu 12 ans avant. On était dépourvu de l’expérience continentale. L’équipe était jeune et les objectifs qui lui étaient fixés, à savoir la qualification à la CAN 1980, les Jeux olympiques et la Coupe du monde 1982, elle les a remplis avec bonheur. Donc, on est arrivés à la CAN sans expérience et on est repartis avec plein d’assurance et d’optimisme pour l’avenir.

  • Disputer la finale était-ce un exploit ?

Dans le contexte de l’époque oui. On a joué le Ghana (0-0) détenteur du titre, le Maroc (1-0) champion d’Afrique 4 ans plus tôt, la Guinée (3-2), l’Égypte que nous avons éliminé aux penaltys (4-2) après avoir été menés 2-0. Ces performances traduisaient la chaleur du groupe.

  • En finale, contre le Nigeria, on a fait chu blanc…

Si on s’arrêtait au résultat final, défaite 0-3, on peut le penser. Mais lorsqu’on s’arrête aux conditions qui ont précédé le déroulement de la finale, il y a beaucoup à dire. Savez-vous que la veille de la finale nous avons quitté Ibadan, situé à environ 70 km de Lagos que nous avons rejoint à minuit.

Le bus est tombé en panne plusieurs fois durant le voyage. Une fois à l’hôtel on a dû attendre que l’équipe du Maroc quitte l’établissement. Les joueurs ont pris possession des chambres vers une heure du matin pour jouer une finale le lendemain après après-midi.

  • Cela reste un bon souvenir…

On peut le dire. On a quitté la CAN auréolé d’une bonne participation et d’une enrichissante expérience qui allait nous servir plus tard. On est parti dans l’inconnu, on est revenu avec de la confiance et des certitudes.

Pourtant, le contexte ne nous a pas favorisés. Les conditions de séjour étaient difficiles. On a rempli notre contrat. En 1980, la sélection a placé les premiers jalons de l’arrivée du football algérien au sommet du football africain. Si les moyens et les bonnes conditions avaient suivi, l’Algérie aurait dominé le football continental pendant longtemps.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer