Lutte contre le trafic de drogue : Appel à une riposte plus accrue

28/06/2022 mis à jour: 15:56
1055

Les participants à une Journée d’étude sur la lutte contre la drogue, organisée avant-hier à Alger, par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), ont insisté sur l’importance de conjuguer les efforts de l’ensemble des secteurs et des organes concernés par la lutte contre les drogues et les stupéfiants, afin de renforcer les mesures et mécanismes de lutte contre un phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur.

Le président du CNDH, Abdelmadjid Zaalani, a estimé que l’organisation de cette journée d’étude et de sensibilisation se voulait l’occasion de «tirer la sonnette d’alarme en vue de juguler ce fléau». «Le droit à la vie de tout individu, mis en péril par la drogue, exige de faire face à toutes formes de trafic de ces poisons», a-t-il insisté, cité par l’APS.

Le CNDH «s’emploie, à moyen et à long termes, à définir des volets de recherche sur les causes de ce fléau afin de lui trouver les solutions adéquates», selon lui. Même discours tenu par le représentant de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT), Fateh Daoudi.

«Ce fléau qui est complexe et multiforme nécessite la conjugaison de tous les efforts pour y remédier», a-t-souligné. L’Algérie «œuvre à coordonner ses efforts avec les différents organes internationaux afin de faire face au phénomène de trafic illicite des drogues, notamment avec le Bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (Unodc)», a fait savoir Fateh Daoudi.

Ce dernier a rappelé que le bureau onusien «mentionne dans son rapport annuel que le Maroc est le premier producteur de cannabis en Afrique, et l’un des premiers pays producteurs de cette substance au niveau mondial».

D’après lui, l’Algérie ne ménage aucun effort en vue de «soutenir les infrastructures et les centres de désintoxication», citant «45 centres au niveau national sur un total de 53 centres devant être réalisés». Dans ce cadre, il a fait part de «l’orientation pour la relance de centres d’expérimentation d’un nouveau soin qui consiste à remplacer les opiacés par la méthadone et de généraliser cette expérience à d’autres centres dans un avenir proche».

Le représentant de l’ONLDT a annoncé la saisie de près de 29 tonnes de cannabis et plus de 3 millions de comprimés psychotropes au cours des quatre premiers mois de 2022. Pour sa part, le représentant de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), Djemah Salim, a évoqué les efforts des services de sûreté, en vue de faire face au trafic des stupéfiants, notamment à travers la création de 58 brigades spécialisées qui viennent s’ajouter aux services régionaux de Annaba, Béchar et Tlemcen.

Durant l’année 2021, les services de Sûreté nationale avaient enregistré 50 795 affaires de drogue et de psychotropes, dont une quantité de plus de 10 tonnes de cannabis, a été saisie, alors qu’en 2020 le nombre d’affaires enregistrées était de 44 924 affaires, selon les chiffres livrés par la DGSN. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.