Les provocations sionistes risquent d’«enflammer la région»

11/04/2023 mis à jour: 22:28
650

La présidence palestinienne a déclaré, dimanche, que les provocations et agressions sionistes contre Al-Aqsa risqueraient de transformer l’esplanade de la mosquée en «champ de bataille» et d’«enflammer la région».

«Les provocations continues de l’entité sioniste contre la mosquée Al-Aqsa sont inacceptables. Ces agressions vont faire de son esplanade un champ de bataille, ce qui conduira à une grave détérioration de la situation», a mis en garde le porte-parole de la présidence, Nabil Abu Rudeineh, dans un communiqué relayé par l’agence de presse palestinienne WAFA.«Les attaques quotidiennes visant le sanctuaire et les fidèles pendant ce mois sacré contribuent à enflammer la région et à l’entraîner vers  l’abîme», a ajouté le responsable.

«El-Qods, avec ses lieux sacrés, est la capitale éternelle de l’Etat de Palestine», a-t-il insisté, soulignant que toutes les mesures sionistes «ne mèneront pas à la sécurité et à la stabilité». Plus tôt dimanche matin, des centaines de colons ont fait incursion dans l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa, sous escorte de la police d’occupation.

Selon un bref communiqué du Département des Wakfs islamiques à El-Qods, 912 colons ont participé à la prise d’assaut de la mosquée. Il est à signaler par ailleurs que la Commission chargée des affaires des prisonniers et ex-prisonniers palestiniens a révélé des détails sur l’état de santé critique de plusieurs prisonniers dans les geôles d’occupation.

Dans un rapport repris par l’agence de presse Wafa, la commission a indiqué que le prisonnier Assef Al-Rifaey, âgé de 20 ans, a été soumis récemment à des séances de chimiothérapie et souffre actuellement de «douleurs atroces». Pour ce qui est du prisonnier Mohamed Hamdan, il se trouve désormais dans l’incapacité de marcher pour encore au moins 5 semaines, note la commission.

Par ailleurs, l’état de santé du détenu Adnan Khader, 44 ans, qui poursuivait dimanche sa grève de la faim pour le 64e jour consécutif, s’est nettement détérioré, a alerté la même source.

«Il a désormais des difficultés à parler et à marcher et vomit fréquemment du sang», a-t-on précisé. Adnan Khader, un des plus anciens détenus palestiniens dans les geôles d’occupation, a été arrêté 12 fois au cours des 20 dernières années. Il a passé un total de 8 ans derrière les barreaux. Pendant ses différentes incarcérations, il a observé plusieurs grèves de la faim, dont la plus longue est celle de 67 jours en 2021.
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.