Les Algériens redécouvrent leur pays : La Tunisie concurrencée par le tourisme intérieur

10/08/2023 mis à jour: 02:58
19345
(Dessin le Hic )

De janvier jusqu’à la fin du mois de juin, 1,13 million d’Algériens, en majorité des touristes, ont franchi les frontières  tunisiennes à travers les différents postes frontaliers, dont celui d’Oum Teboul (El Tarf) considéré comme étant le plus important du pays. 

En 2022, la Tunisie avait accueilli seulement 1,3 million d’Algériens et s’attend cette année à recevoir 2,5 millions de touristes algériens, selon l’Office national du tourisme tunisien en Algérie. «Un chiffre difficile à atteindre», selon les professionnels du tourisme algérien, car «plusieurs facteurs pèsent négativement sur cet optimisme». Comme en témoigne le rythme de la décroissance, même s’il est constaté un flux plus important pour ce mois d’août 2023. 

Contactées, des sources douanières algériennes affirment : «La moyenne quotidienne enregistrée des touristes algériens qui passent par notre poste oscille entre 800 et 1000 touristes.»

 Comment expliquer cet inhabituel désintéressement vers cette destination, jadis, très convoitée par les touristes algériens qui, pour mémoire, ont été plus de 3 millions en 2019 à se rendre en Tunisie ? «La dégradation de la situation sociale, la baisse de la qualité de services des hôtels et l’augmentation des prix des offres», répond une représentante d’une agence de voyages à Annaba. 

Pour cette spécialiste en tourisme, «la qualité du ''All inclusif'' n’allèche pas et les coûts qui ne cessent d’aller crescendo n’incitent plus aussi. En moyenne, on paye un voyage organisé par voie terrestre, entre 50 000 et 65 500 DA/personne, en fonction du séjour et la classe de l’hôtel choisis. Ce qui a frayé un large passage aux professionnels du tourisme intérieur que les Algériens commencent à découvrir depuis l’été 2022». 

Et de confirmer : «Régulièrement, nous proposons à nos clients  des circuits et des destinations par bus. Jijel, Béjaïa, Skikda et… Oran sont les destinations phares, puisqu’elles attirent beaucoup de clients, notamment les familles.» 

Othmani Chérif, un des plus anciens spécialistes dans le secteur et patron de l’agence de tourisme OTTS à Annaba, va plus loin. «La destination Tunisie n’est plus celle d’avant la Covid-19. Tout a changé, y compris l’environnement. L’insécurité y est aussi pour quelque chose. 

Plusieurs de mes clients m’ont fait part de leurs tristes mésaventures», souligne-t-il. En juillet dernier, une situation éprouvante s’est déroulée lorsque des centaines de touristes algériens se sont retrouvés en plein milieu d’une protestation sociale après avoir traversé la frontière algéro-tunisienne via Oum Teboul, dans la wilaya d'El Tarf. 

Après avoir franchi la frontière la veille dans l’après-midi, ces voyageurs se sont en effet retrouvés bloqués à quelques encablures du village tunisien de Melloula. La cause ? La fermeture de la route par les habitants de la localité qui ont protesté pour dénoncer une pénurie d’eau qui avait  duré plusieurs jours. Les témoins présents sur place ont rapporté que la situation a pris une tournure inattendue, lorsque les touristes algériens ont été confrontés au barrage dressé par les villageois. 

Parmi eux, on comptait des hommes d’affaires, des familles avec enfants et des femmes enceintes. Les conséquences de cet incident furent considérables, des rendez-vous d’affaires importants manqués et des réservations à l’hôtel perdues. 

En plus des voyageurs algériens, des Tunisiens tentant de rejoindre leur pays se sont également retrouvés pris au piège dans ce village. Malheureusement, ni les services de sécurité ni les responsables locaux n’ont pu apaiser la colère des protestants, laissant les voyageurs dans un profond désarroi. Cette situation a causé un grand désagrément aux Algériens. 
 

Même si cette contrainte a été levée le lendemain par les autorités tunisiennes, les autres touristes algériens qui s’apprêtaient à passer un séjour en Tunisie ont vite changé de destination. La Turquie pour les plus nantis et le tourisme local pour une bonne majorité. 
 

Pour les petites familles, elles choisissent de passer un séjour dans l’Oranie. Beaucoup de vacanciers avouent ne pas avoir regretté leur choix, puisqu'ils disent avoir passé d’excellentes vacances. «En Algérie, nous disposons de très belles infrastructures touristiques. Les malls qui drainent aussi les touristes sont nombreux. 

La qualité de service est impeccable et, sans exagérer, est meilleure que celle présentée dans les spots publicitaires», témoigne un père de famille. Seule ombre au tableau : les prix des hôtels ne sont pas toujours à la portée de tout le monde.  
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.