Le phénomène progresse rapidement : Dix millions d’Algériens souffrent d’obésité

02/03/2022 mis à jour: 01:40
825

La prévalence de l’obésité, un sérieux problème de santé publique, inquiète les spécialistes au vu de sa progression dans le monde et particulièrement en Algérie. 

Cette prévalence est estimée à 13% au niveau mondial. Le surpoids et l’obésité représentent un taux dépassant 55% en Algérie, soit 63% chez les femmes (deux femmes sur trois sont obèses) et 48% chez les hommes (un homme sur deux est obèse), voire même les enfants qui ne sont pas à l’abri de ce phénomène. 

Près de 10 millions d’Algériens vivent avec une obésité, ce qui représente 23% de la population générale, avec une prédominance féminine (30% pour les femmes et 14% pour les hommes). 

Se référant aux résultats de l’enquête nationale réalisée par le ministère de la Santé, le Pr Rachid Malek, chef de service de médecine interne au CHU de Sétif, a indiqué hier, lors d’une cession de formation organisée par le laboratoire danois Novo Nordisk au profit des journalistes, que le phénomène progresse rapidement. 

Il est à l’origine de nombreuses maladies non transmissibles, telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et les cancers. Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque qui ont une grande répercussion sur la morbidité et la mortalité, a-t-il insisté. 

Revenant sur les principaux facteurs favorisant l’obésité, tels que la consommation excessive de matières grasses, de sucre et de sel ainsi que le manque d’activité sportive et physique, le Pr Malek a plaidé pour le respect des mesures diététiques tout en rappelant les moyens thérapeutiques existant pour lutter contre l’obésité, comme la chirurgie bariatrique, et des médicaments qui agissent sur le poids. «Réduire de 5 à 10% son poids est d’un grand bénéfice pour le corps», a-t-il dit. 

La directrice générale de Novo Nordisk, Malika Derghal, a de son côté mis l’accent sur les efforts fournis par son laboratoire dans la lutte contre le diabète et l’obésité, qui sont à l’origine de nombreuses maladies chroniques. 

Rappelant les différents investissements du laboratoire Novo Nordisk en Algérie depuis plusieurs années, la directrice générale a fait savoir que le site industriel de Boufarik, inauguré en 2018, sera bientôt fonctionnel. «Il s’agit d’une usine équipée de machines de dernière génération, dont la machine d’assemblage de stylos à insuline qui n’existe nulle part ailleurs. Ce projet de production de stylos fera l’objet d’une joint-venture avec le groupe pharmaceutique Saidal. Novo Nordisk s’inscrit dans la politique du gouvernement algérien et nous allons nous lancer dans la production de toutes les insulines jusque-là importées et les analogues GLp1 pour couvrir le marché national et exporter», a-t-elle déclaré. 

Et de préciser que «l’usine a une capacité de production de 50 millions de stylos, de quoi couvrir le marché national, estimé à 27 millions de stylos, et le reste sera destiné à l’exportation». Elle a fait savoir que l’usine de Boufarik, où «toutes les insulines seront fabriquées, complétera le large portefeuille du laboratoire Novo Nordisk, dont la gamme d’antidiabétiques oraux fabriqués à Tizi-Ouzou». 

Et de signaler que le dossier pour la décision d’enregistrement du produit de la classe des agonistes des récepteurs des GLP1, indiqué contre l’obésité, est en cours d’examen à l’Agence nationale du médicament.  

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer