Le pays vient de vivre des législatives inédites : L’Espagne face à un casse-tête politique

25/07/2023 mis à jour: 19:23
2286

Une journée électorale chargée d’émotions ! Malgré une canicule étouffante et les départs en vacances, le taux de participation a été remarquable, atteignant 70,18%.

Cela représente une hausse de presque 4 points par rapport aux chiffres enregistrés lors de l’élection générale du 10 novembre 2019, où le taux était de 66,23%. Ces résultats ont pris tout le monde par surprise.

Le Parti populaire célèbre une victoire douce-amère face à un PSOE qui a résisté bien mieux que prévu. Sous la direction d’Alberto Núñez Feijóo, leur candidature a amélioré sa position lors des élections générales qui ont eu lieu dimanche en Espagne, obtenant 136 députés, soit 47 de plus qu’en 2019.

Cependant, le décompte des voix s’est avéré beaucoup plus serré que prévu initialement, laissant les deux principaux blocs politiques quasiment à égalité en termes de voix.

Cette situation complique la formation d’un gouvernement et menace l’Espagne d’une impasse politique et d’incertitude.

Malheureusement pour le PP, le nombre de voix obtenu ne sera pas suffisant pour atteindre la majorité au Congrès, fixée à 176 sièges, même après avoir canalisé les voix de Ciudadanos.

Leur alliance avec Vox ne sera pas non plus déterminante, puisque ce dernier ne compte plus que 33 membres du Congrès. Il a perdu 19 sièges par rapport aux élections de 2019.

Malgré ces défis, Feijóo, du haut du balcon du siège du PP dans la rue Génova, a néanmoins revendiqué dimanche soir son droit de tenter de former un gouvernement en tant que liste la plus votée. 

«Je prends sur moi d’engager le dialogue pour former un gouvernement et je demande que personne ne tente de bloquer à nouveau l’Espagne», a-t-il déclaré, témoignant de la frustration du parti qui espérait encore il y a quelques semaines atteindre 168 députés. 

De l’autre côté, le bloc de gauche souligne la possibilité de reconduire le gouvernement de coalition, même si cela requiert le soutien direct et indirect des partis nationalistes et souverainistes au sein du Parlement, ce qui introduirait une certaine incertitude pour une nouvelle législature. Le parti PSOE de Pedro Sánchez est désormais la deuxième force politique.

 Il a obtenu deux sièges supplémentaires pour atteindre 122, un résultat très positif pour les socialistes qui, durant la campagne électorale, ont souvent été placés en dessous de la barre symbolique des 100 représentants par les sondages. 

Sumar, le nouveau parti fondé par Yolanda Díaz, a pris la place d’Unidas Podemos et est devenu la quatrième force politique avec 31 députés, bien qu’il ait perdu du terrain par rapport aux résultats obtenus par le parti violet en 2019. 

Depuis, Ferraz, Pedro Sánchez a célébré l’«échec» de la droite et s’est félicité que le PSOE ait amélioré ses résultats en termes de votes, tout en entendant retentir les chants de «no pasarán», «ils ne passeront pas»

De son côté, Yolanda Díaz s’est réjouie en déclarant que «nous avons aujourd’hui un pays meilleur». En attendant les premiers contacts entre les partis pour entamer la validation et l’approbation des soutiens, les chiffres reflètent une polarisation évidente qui semble rendre la gouvernabilité difficile. 

Le bloc de droite (composé du PP et de Vox) compte 169 députés, et 171 en incluant Coalición Canaria et l’UPN, loin de la majorité absolue au Congrès.

Ce total rendrait impossible la formation d’un gouvernement dirigé par Feijóo, étant donné sa dépendance envers l’extrême droite et la méfiance que cela suscite chez les autres partis.

Le PSOE et Sumar, ensemble, disposent de 153 députés, auxquels s’ajoutent ERC, Bildu, PNV et BNG, totalisant 172 députés.

Par conséquent, pour que le bloc de gauche puisse gouverner, en plus du soutien de tous les souverainistes, il aurait également besoin de l’abstention des sept députés de Junts. 

Ce parti a annoncé peu après les résultats définitifs qu’il ne soutiendrait pas la candidature de Sánchez à la présidence «sans rien en échange».

Suite à la débâcle de ses partenaires au gouvernement lors des élections régionales et municipales du 28 mars, le leader socialiste a annoncé des élections anticipées qui ont eu un impact significatif sur le paysage politique.

La gauche a bénéficié d’un sérieux coup de pouce, tandis que la droite est restée pratiquement au même niveau. Le Parti populaire (PP), qui avait obtenu 31,5 % des voix, a aujourd’hui atteint 32,8 %. 

De son côté, le PSOE, qui avait chuté à 28,1% lors des élections municipales, a regagné du terrain en un peu plus d’un mois et demi, atteignant désormais 31,8 % des voix.

Le PP et Vox ont récolté environ 10,9 millions de voix, soit 300 000 de plus que le PSOE et Sumar. Le rétablissement de la mobilisation de l’électorat progressiste, notamment dans les grandes villes et leurs ceintures industrielles, semble avoir joué un rôle clé dans la résistance des socialistes. 

Lors des premières élections qui se sont tenues au milieu de l’été, la participation a été considérablement plus élevée qu’il y a quatre ans, avec un nombre record de votes par correspondance, presque le double de celui de 2019.Cette situation inédite laisse planer le doute sur les futures alliances politiques, et la tâche de gouverner ne s’annonce pas aisée. 

La recherche de compromis et de consensus sera cruciale pour que le pays puisse éviter la paralysie. Selon les observateurs en Espagne, Sánchez pourrait rééditer son gouvernement progressiste et pourrait continuer à gouverner.

La clé serait entre les mains de Junts Per Catalunya. Mais pour le moment tout reste possible. 

Espagne 
De notre correspondant Ali Ait Mouhoub 

(Le leader du Parti populaire, Alberto Nunez Feijoo, au milieu de ses sympathisants)

Le spectre du retour de l’instabilité politique  : 

L’Espagne, qui voit de nouveau planer le spectre du blocage politique après les législatives de dimanche, a déjà connu des années d’instabilité chronique avec quatre élections générales en quatre ans dans la deuxième partie des années 2010.    

Décembre 2015 : le bipartisme vole en éclats

Les législatives du 20 décembre 2015 marquent la fin du bipartisme entre le Parti populaire (PP, conservateur) de Mariano Rajoy, qui arrive en tête mais perd sa majorité absolue, et le Parti socialiste (PSOE) de l’actuel Premier ministre Pedro Sánchez, deuxième et qui recule également. Deux nouveaux partis, Podemos, de gauche radicale, et Ciudadanos, de centre-droit, entrent en force dans un Parlement émietté comme jamais depuis le rétablissement de la démocratie après la mort du dictateur Franco en 1975.  Devant l’impossibilité de former un gouvernement, de nouvelles élections sont convoquées le 26 juin 2016. Elles voient le PP progresser légèrement mais le blocage persiste pendant plusieurs mois.

Octobre 2016 : Rajoy réinvesti dans la douleur

Finalement, Mariano Rajoy est réinvesti le 29 octobre à la tête du gouvernement grâce aux voix de Ciudadanos et à l’abstention d’une partie des socialistes. Ces derniers ont évincé peu de temps avant Pedro Sánchez, partisan du «non» coûte que coûte à Rajoy, le tenant responsable du pire résultat électoral des socialistes depuis 40 ans.

Juin 2018 : Sanchez renverse Rajoy

Le 24 mai, le PP est condamné dans une affaire de corruption. Pedro Sánchez, revenu à la tête du Parti socialiste, dépose une motion de censure contre Mariano Rajoy qui est adoptée le 1er juin, grâce aux voix de Podemos, des nationalistes basques et des indépendantistes catalans, l’investissant automatiquement à la tête du gouvernement.

Février 2019 : budget rejeté, élections convoquées

A la tête d’un gouvernement ultra-minoritaire, Sánchez tente de faire adopter un budget dans l’espoir de gouverner jusqu’à la fin de la législature en juin 2020. Mais les négociations avec les indépendantistes catalans échouent, juste après l’ouverture à Madrid du procès de leurs leaders pour la tentative de sécession de 2017. Il se retrouve alors contraint de convoquer des législatives anticipées pour le 28 avril.

Septembre 2019 : Sanchez sans soutien

Vainqueur du scrutin d’avril, le socialiste devient le seul à même de former un gouvernement. Mais il ne parvient pas à s’assurer du soutien de Podemos, qui juge insuffisants les postes de ministres qui lui sont proposés, ni de l’abstention de Ciudadanos et du Parti Populaire lors d’un vote d’investiture. Face au blocage, de nouvelles élections sont convoquées pour le 10 novembre.

Janvier 2020 : gouvernement de coalition

Remportant de nouveau le scrutin de novembre, Sánchez parvient à être reconduit au pouvoir en janvier 2020 après un mariage de raison avec Podemos qui donne naissance à un gouvernement minoritaire de coalition. S’en suivent trois ans de stabilité même si les tensions sont récurrentes au sein de l’exécutif qui doit en outre systématiquement négocier le soutien des partis basques et catalans pour faire passer ses réformes. Battu lors d’élections locales le 28 mai 2023, le socialiste convoque à la surprise générale des législatives anticipées le 23 juillet, soit plus de quatre mois avant la date prévue.

Juillet 2023 : la surprise

Le résultat de ce scrutin a déjoué tous les pronostics. Arrivé en tête, le PP reste loin de la majorité absolue, même avec le soutien de l’extrême droite de Vox, son seul allié potentiel. Pedro Sánchez conserve, lui, une chance de se maintenir de justesse au pouvoir avec le soutien de la gauche radicale et des partis basques et catalans. Mais si le blocage se poursuit après plusieurs mois de tractations, de nouvelles élections devront être organisées. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.