La tutelle lance une campagne nationale : Rattraper le retard de la couverture vaccinale de routine

03/06/2023 mis à jour: 16:42
2243

La vaccination de routine, bien qu’elle n’ait pas été négligée pendant la pandémie de Covid-19, revient dans le programme des priorités du ministère de la Santé. Ainsi, le département de Abdelhak Saïhi a annoncé le lancement d’une campagne nationale de vaccination de routine au profit des enfants âgés de moins de 5 ans, mal ou pas du tout vaccinés. 

L’objectif étant l’amélioration de la couverture vaccinale et la prévention de maladies largement évitables par cette immunité. C’est ce qui est précisé dans un communiqué, publié à cet effet, par la tutelle. «Les programmes de vaccination ont contribué, au fil du temps, à l’éradication de maladies infectieuses et la protection de la santé des enfants algériens.

 L’Algérie a pu réaliser d’énormes progrès dans ce domaine grâce à son calendrier national, qui a abouti à la réduction notable du nombre de décès», est-il indiqué. Les statistiques livrées dans le document attestent d’une courbe descendante de la mortalité infantile. Ainsi, le nombre de décès est passé de 230 décès pour mille naissances en 1985 à 18,9 décès en 2020. 

Lors de la Semaine de vaccination mondiale, du 24 au 30 avril, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé ses partenaires et les Etats à multiplier les efforts pour rattraper le retard enregistré, notamment en raison de la pandémie de Covid-19, dans les calendriers vaccinaux de routine. L’Afrique est le premier continent à en pâtir. Pis, elle a enregistré 7,7 millions d’enfants à «zéro vaccin» en 2020.

 Ce nombre a presque doublé en l’espace de deux ans. Selon les estimations conjointes de l’OMS et l’Unicef, il faudrait vacciner 33 millions d’enfants entre 2023 et 2025 pour remettre certains pays africains sur la bonne voie. L’Algérie n’est pas sur cette liste. Son taux de couverture nationale est supérieur à 90%. 

Les pouvoirs publics ont veillé à ce que la vaccination de routine soit effective, même en pleine crise sanitaire. «Dans le contexte de la pandémie mondiale de Covid-19, la vaccination demeure une priorité dans un souci de préservation de la santé de nos enfants, car tout retard dans la vaccination contre les maladies du PEV pourrait avoir de graves conséquences», selon la note n°14 du 6 avril 2020, relative à la gestion et à l’organisation du Programme élargi de vaccination (PEV) pendant la pandémie. 

Et de mettre l’accent, un mois avant la date du 3e anniversaire de la pandémie de coronavirus, sur l’importance des rappels dans une instruction datant du 26 février 2023. Ainsi, la tutelle a instruit sur «l’application de la mise à jour du calendrier national de vaccination en milieu scolaire, qui est obligatoire pour tous les enfants scolarisés, et d’assurer, le cas échéant, le rattrapage dans les meilleurs délais». 

Aujourd’hui, c’est la mise à jour de la vaccination des enfants non encore scolarisés. «Tous les moyens humains, matériels et logistiques seront mis en place pour réussir cette campagne… dans le cas des zones isolées et dépourvues de structures sanitaires, ce sont les caravanes mobiles qui prendront le relais», affirme la même source. 

Et elle d’associer «le personnel médical et paramédical dans la campagne de sensibilisation auprès des parents pour mettre en avant l’importance de rattraper le retard enregistré dans le processus de vaccination de leur progéniture».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.