Intelligence artificielle, mode d’emploi

02/05/2023 mis à jour: 04:57
2173

L'intelligence artificielle (IA) est déjà présente dans nos téléphones. L’IA, sous ses diverses déclinaisons, ne laisse personne indifférent. Notre société est touchée de plein fouet par un déferlement inédit de nouvelles technologies. 

Après la fascination, surviennent la crainte et l’interrogation. L'IA pose quelques questions sensibles : dans un monde numérique ultrarapide, comment réguler le domaine de l'intelligence artificielle ? L’Algérie est-elle bien positionnée pour répondre aux défis de l’IA ? Quelle stratégie adopter pour définir des lignes directrices sur l’utilisation de l’IA ? La situation nécessite l’implication des spécialistes algériens en intelligence artificielle. Des débats impliquant la communauté universitaire sont nécessaires. Nous aurons notamment besoin d’instances chargées de juger qui fait quoi, quand, comment et pourquoi. L’IA est risquée si elle n'est pas encadrée. L’idée n’est pas du tout de freiner l'innovation, mais plutôt d’éviter les dérives. Des questions éthiques fondamentales se posent aujourd’hui. 

Le débat que doit susciter l’IA dépasse la technologie et le droit. Intrusions dans les données privées, fausses vidéos, images de synthèse qui ouvrent la voie à des manipulations dangereuses... Faire la différence entre le vrai et le faux est ardu. Les périls liés à l'IA sont innombrables. Les défis que pose la régulation de l’intelligence artificielle restent immenses. Sur la question normative, des réglementations peuvent être adoptées pour encadrer l’utilisation de l’IA, en fixant, par exemple, des exigences de transparence ou des restrictions sur certains usages potentiellement dangereux. 

En matière de gouvernance, le contrôle du traitement des données et de l’usage de l’IA peut être confié à une instance chargée de veiller à ce qu’ils soient utilisés de manière éthique et sécurisée. L’urgence est aussi de former des professionnels qualifiés dans tous les domaines liés à l’IA (développement logiciel, sciences sociales, droit) permettant de mieux comprendre et gérer son impact. En matière de transparence, rendre compte aux citoyens des décisions prises par l’IA peut les rassurer quant à sa bonne utilisation. Il est aussi indispensable de renforcer les échanges entre experts juridiques et techniques, l’élaboration d’une IA éthique, prévoir des mécanismes pour identifier les nouveaux risques. Les questions juridiques restent cruciales, par exemple sur la traçabilité des décisions, la protection contre les entités hostiles à l’Algérie et la manipulation. 

Certains experts soulignent la nécessité d’une autorité de régulation de la technologie, qui concevra des définitions claires, mettra des moyens de contrôle importants et des garde-fous dissuasifs. Une évaluation doit être faite par un département multidisciplinaire. Le plus important sera de comprendre et de maîtriser ces technologies et d’utiliser des ressorts de régulation pour prévenir les dérives. Le maître-mot sera l’indispensable vigilance, sans pour autant sombrer dans l’angoisse paralysante et inutile. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.