Intégration de la Suède à l’Otan : La Turquie rouvre l’examen du dossier d’adhésion

27/12/2023 mis à jour: 18:55
AFP
839

Les députés turcs ont repris hier l’examen du protocole d’adhésion de la Suède à l’Otan, avec l’espoir de le voir approuvé avant le Nouvel An en échange d’un engagement américain sur les avions F-16, rapporte l’AFP.

 La Turquie est le dernier membre de l’Alliance atlantique avec la Hongrie à barrer la route de Stockholm, multipliant depuis dix-mois des exigences et prétextes pour justifier ses réticences. Débatu mardi au sein de la Commission des affaires étrangères, le dossier sera ensuite soumis au vote de l’Assemblée nationale.

 La Suède a déposé sa candidature en même temps que la Finlande, admise en avril, après le début de la guerre russe en Ukraine. «Nous observons un changement dans la politique de la Suède, quelques décisions adoptées par les tribunaux», a remarqué lundi sur la chaîne privée NTV Fuat Oktay, député AKP, le parti au pouvoir, président de la Commission des affaires étrangères du Parlement turc. «On avait encore quelques demandes pour des avancées supplémentaires» en matière de lutte antiterroriste, a-t-il ajouté sans autre détail. Le président Recep Tayyip Erdogan objectait depuis le début du processus de la mansuétude supposée de Stockholm envers certains groupes kurdes, qu’il considère comme terroristes. 

Il semble surtout qu’après un long silence de Washington, un entretien téléphonique mi-décembre avec le président américain Joe Biden ait fini de vaincre les réticences d’Erdogan. Annoncé comme une simple formalité en novembre, y compris par le ministre turc des Affaires étrangères, Hakan Fidan, qui parlait de «quelques semaines», l’examen du protocole d’adhésion avait capoté après une seule réunion. Début décembre, le président Erdogan ajoutait alors comme condition à la ratification d’Ankara celle, «simultanée», par le Congrès américain de la vente d’avions de chasse F-16 à la Turquie. «Tout ceci est lié», prévenait-il. La Turquie a déjà joué cette carte pour tenter d’obtenir un feu vert américain à la vente des F-16, dont elle a besoin pour moderniser sa force aérienne.

 Le gouvernement américain n’est pas hostile à cette vente, mais le Congrès l’a bloquée jusqu’ici pour des raisons politiques, dont les tensions avec la Grèce, elle aussi membre de l’Otan, dont Ankara s’est récemment rapproché. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.