infrastructures routières et transport de Chlef : La wilaya accumule les retards

07/12/2022 mis à jour: 21:08
1919

Chlef, wilaya de 1 400 000  habitants s’étendant sur une superficie de plus de 5000 km2, victime d’un séisme dévastateur en 1980, est restée quand même en retard dans les projets de réalisation de segments importants du développement local, à savoir les infrastructures routières et de transport. Ces dernières sont quasiment indispensables pour donner un nouvel essor socio-économique à la région disposant de multiples potentialités naturelles et répondant à l’ambition des populations locales de renforcer son statut de véritable carrefour d’échanges de commerce, de tourisme et d’industries au centre-ouest du pays.  

Le manque dans ces domaines est criant, comme l’illustrent fort bien les difficultés de circulation persistantes sur les voies stratégiques de la  RN11 du littoral, de la RN19 desservant le nord de la wilaya, le chemin de wilaya Oum Drou jusqu’à Beni Haoua, via Zeboudja, la RN19 A reliant le nord-ouest de la région, et celle qui dessert la commune de Sendjas et  les zones  rurales implantées au pied du mont de l’Ouarsenis.

Cela empêche évidemment une fluidité de la circulation sur les principaux axes routiers desservant les communes de la wilaya, notamment le chef-lieu de wilaya, les villes côtières et les zones limitrophes avec les wilayas voisines. On peut facilement imaginer  dans ces conditions le calvaire récurrent que vivent les usagers utilisant régulièrement ces routes. 

L’absence  de réaménagement  du carrefour principal de la RN4 Alger-Oran, au niveau d’Oum Drou, à l’est de la ville de Chlef, ne fait qu’illustrer le retard criant accusé dans le domaine de l’extension et de la modernisation des  réseaux routiers de la wilaya.  Il en est de même des infrastructures de transport qui sont, elles aussi, insuffisamment développées ou inexistantes, comme les moyens de transport modernes. Un projet de tramway était prévu depuis 2014 entre la ville de Chlef et le pôle universitaire d’Ouled Fares, en passant par l’agglomération de Chettia, deuxième commune de la wilaya en termes de superficie et  d’habitants. La population attend toujours en espérant que cela va se concrétiser à l’avenir, de même que pour l’extension du port commercial de Ténès et de l’aéroport international Aboubakr Belkaid de Chlef, dont les dessertes hebdomadaires régulières avec la France ont repris récemment.

Il est évident que la résorption du retard accumulé dans ces secteurs stratégiques  va contribuer à donner une nouvelle impulsion au développement local et à la relance des investissements dans les secteurs prioritaires, tels que l’agriculture, le tourisme, l’industrie et la pêche. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.