Ils mettent en avant le manque d’infrastructures et l’insécurité : Protestation des bénéficiaires Aadl de Rahmania

12/05/2022 mis à jour: 19:40
964

Des bénéficiaires des logements Aadl de Rahmania ont tenu, hier, un sit-in devant le siège du ministère de l’Habitat. Dans leur plateforme de revendications figurent deux points essentiels : nécessité d’ouvrir des écoles et de juguler l’insécurité.

Des bénéficiaires de logements Aadl du site de Rahmania (QR 19) s’étaient rassemblés, hier, devant le ministère de l’Habitat (Alger-Centre) pour protester contre l’absence d’infrastructures de proximité et l’insécurité. «Le site ne dispose de rien», résume un souscripteur, présent avec une dizaine d’autres de ses voisins sur le trottoir faisant face au siège du ministère de l’Habitat.

Livré il y a quelques mois, le site, de quelque 3000 logements dans cette commune de la périphérie de la capitale, ne dispose pas des infrastructures nécessaires (écoles primaires, CEM, espaces de loisirs, poste, etc.).

«Les gens préfèrent payer un double loyer que de s’installer dans un site où aucune école n’est aménagée à ce jour pour pouvoir y inscrire leurs enfants. Les seuls qui habitent à ce jour leur logement, c’est ceux qui sont véhiculés. L’occupation des lieux pour beaucoup de locataires ne se fera pas avant plusieurs mois, si rien n’est fait», fait remarquer un père de famille, qui regrette la «sourde oreille» des responsables de l’Habitat, malgré les différents courriers adressés au gestionnaire (Gest-Immo), à l’Aadl et aux services du ministère de tutelle.

Les bénéficiaires de la formule AADL mettent en avant un problème tout aussi grave : l’insécurité. «Les bagarres sont monnaie courante. Les agressions et les vols aussi. Pas plus tard qu’hier, a eu lieu une bagarre à coups de sabre. Nous craignons pour notre vie. La sécurité est un vrai souci dans ce site», s’alarme un protestataire.

«Pas de lignes de transport»

Durant plusieurs mois, les souscripteurs du site Aadl de Rahmania ont soulevé le problème de l’absence des VRD qui a retardé l’opération de livraison et d’occupation des logements.

Le site, situé à quelque 25 km au sud-ouest du centre de la capitale, ne dispose pas d’un réseau de transport. «A l’absence d’infrastructures s’ajoute l’inexistence de lignes de transport. Les gens ne peuvent pas s’installer dans cette localité, surtout ceux qui ne disposent pas d’un véhicule», souligne un souscripteur, déplorant qu’aucune solution ne soit prévue dans l’immédiat.

Une délégation des protestataires a été reçue au ministère de l’Habitat, annonce un des représentants des souscripteurs sur la page Facebook AADL Rahmania (QR19 2010 Cosider). «Nous devons être reçus par le responsable des infrastructures au ministère de l’Habitat.

Espérons un bon résultat», met en avant l’un des représentants des locataires, sans donner d’autres détails. Les autorités de l’Habitat ont insisté sur la nécessité d’installer des VRD et les infrastructures de proximité lors des réunions d’évaluation périodiques, les responsables sont instruits pour mettre en place un procès-verbal co-signé par l’administration des projets de l’Aadl et la filiale en charge de la gestion immobilière confirmant la disponibilité de toutes les commodités avant la livraison des sites. 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer