Grande commission mixte algéro-mauritanienne : Un partenariat à portée stratégique

14/09/2022 mis à jour: 15:17
1874

La 19e session de la grande Commission mixte de coopération algéro-mauritanienne se tiendra aujourd’hui à Nouakchott. 

A cet effet, le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane s'est déplacé, hier, vers la capitale mauritanienne, accompagné par les ministres de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabbi, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Bidari, de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi, des Travaux publics, de l’Hydraulique et des Infrastructures de base, Lakhdar Rakhroukh, de la Pêche et des Productions halieutiques, Hichem Sofiane Salaouatchi, comme l'a indiqué un communiqué du Premier ministère. Les travaux exploratoires en prévision de cette 19e session, au niveau des experts, ont débuté dimanche passé. 

Plusieurs dossiers relevant des secteurs de l’Energie, les Mines et l’Industrie pharmaceutique, pour ne citer que ceux-là, ont été traités. Mais il semble que la partie algérienne insiste entre autres sur la concrétisation de certains projets à l'image de celui relatif à la construction d'une route reliant Tindouf à Zouerate (Mauritanie) sur une distance de 773 km. 

Un projet d'une portée stratégique pour le pays dans la mesure où il «devrait permettre d’augmenter, graduellement, le volume de coopération économique algéro-mauritanienne, ce qui permettra de réaliser une dynamique économique en sus du développement des zones frontalières entre les deux pays», comme l'estime la partie algérienne. Ratifié en mars dernier, avec publication du décret y afférent au Journal officiel, après sa signature au mois de décembre à l'occasion de la visite du président mauritanien en Algérie, la réalisation de cette route «placera la Mauritanie au cœur du corridor Le Caire-Dakar et Alger-Dakar». 
 

Un corridor qui «s’inscrit dans le cadre des plans d’intégration de l’Union africaine (UA)». Ce projet de route reliant Tindouf à Zouerate contribuera forcément au renforcement du partenariat économique et par conséquent aux échanges commerciaux, pas seulement avec la Mauritanie, mais tous les pays de la région ouest-africaine. D'ailleurs, la ligne maritime commerciale Alger-Nouakchott, inaugurée au mois de février dernier, va également dans ce sens. 
 

C’est dans cette optique que les deux parties vont se pencher, durant cette 19e session de la Grande commission mixte de coopération, qui ne s'est pas tenue depuis six ans faut-il le souligner, sur plusieurs autres dossiers de coopération. 

Pour ce qui est du secteur énergétique, il est question de «l'approvisionnement du marché mauritanien en produits pétroliers», comme l'a indiqué, dans une déclaration à l'agence officielle, le directeur des relations de la coopération arabo-africaine au ministère de l’Energie et des Mines, M. Aoufa Sofiane. 

Celui-ci a fait état de la «finalisation d’un protocole de coopération entre Sonatrach et la société mauritanienne des hydrocarbures». Il s'agit aussi de «l’élaboration d’un nouveau mémorandum d’entente établissant un partenariat entre Sonelgaz et son homologue mauritanienne en matière de raccordement électrique, la formation et la vente possible de certains équipements fabriqués en Algérie». «L’entreprise examine la possibilité d’accéder à de nouveaux marchés dans la région de l’Afrique de l’ouest pour exporter son excédent de production électrique», a ajouté le même responsable.

 Pour ce qui du secteur pharmaceutique, la partie algérienne a mis l'accent, durant les travaux du comité d'experts, «sur la reconnaissance mutuelle et automatique de l’enregistrement des médicaments et la validation des fournitures médicales, afin de faciliter l’accès de ce type de produits nationaux au marché mauritanien puis vers d’autres pays voisins», comme l'a indiqué le directeur des Activités pharmaceutiques et de la Régulation au ministère de l'Industrie pharmaceutique, Bachir Alouache. «Saidal ambitionne d’élargir sa liste de médicaments enregistrés en Mauritanie à l’ensemble des médicaments qu’elle produit au nombre de 150 médicaments», a-t-il ajouté. Tout cela pour dire que l'Algérie compte tirer profit du renforcement de la coopération économique avec la Mauritanie. 

Un intérêt qui va au-delà de la limite géographique de ce pays puisque c'est le marché de toute la région ouest-africaine qui est visé. 
 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer