Forêts «Menace» sur le patrimoine forestier !

19/03/2023 mis à jour: 15:46
1424
Photo : D. R.

Avec une superficie forestière de 4,1 millions d’hectares, l’Algérie est l'un des pays les plus pauvres d’Afrique en matière de forêts. Selon l’inventaire forestier national qui date de 2008, toujours pas actualisé, les terres forestières, c'est-à-dire les forêts, maquis et reboisements, représentent 16,7% du nord du pays, soit exactement 4 115 908 hectares.

La répartition de cette superficie par types de formations fait apparaître, d’abord, selon la dilection générale des forêts (DGF), la prédominance des maquis et des maquis arborés qui couvrent quelque 2 000 000 hectares, soit 58,7% du total des formations forestières.

Ces chiffres témoignent de l’état de dégradation des forêts, réduites sur 58,7% de leur superficie en maquis et maquis arborés, qui sont en grande partie à faible densité.

D’où, toujours selon la DGF, «des besoins importants en reconstitution des forêts par reboisement des maquis et des maquis arborés dans le but du renforcement de leur rôle de protection et de production». Ensuite, les forêts proprement dites, c'est-à-dire forêts et reboisements, couvrent 42% du total des formations forestières.

La répartition de la strate arborée par types de peuplements fait ressortir, enfin, la prédominance des peuplements d’âge moyen (perchis et jeunes futaies), qui représentent 43%, et en second lieu celle des peuplements âgés (vieilles futaies), qui représentent 36%.

Un contexte inquiétant

Des données chiffrées communiquées dans un contexte qui continue d’enregistrer les impacts désastreux de l’été 2021 et l'été 2022. Un patrimoine endommagé. Le bilan de 2021 démontre l’état des lieux lamentable.

La superficie totale parcourue par le feu est estimée, selon le bilan de la DGF, à 100 101 hectares engendrés par 1631 foyers d’incendie dans le pays. Le bilan 2022 était aussi désastreux avec plus de 800 hectares ravagés. Et la particularité des ces feux est le nombre important de victimes humaines qu’ils ont causé. 

A l’approche de l’été, on annonce un plan de communication national préalable et préventif pour lutter contre les incendies de forêt et les récoltes agricoles et faire face aux différents dangers. Le groupe Sonelgaz et la DGF préparent aussi un plan d’action commun qui devrait être concrétisé dans peu de temps.

Aux conséquences absolument fâcheuses, les feux de forêt exacerbent fortement le processus de dégradation du patrimoine forestier, déjà fragilisé par un contexte climatique hautement défavorable.

Si en valeur absolue les superficies brûlées restent relativement faibles au regard d’autres pays du bassin méditerranéen, la rareté des forêts et la désertification font que les incendies ont un impact particulièrement désastreux, sachant que le taux de boisement national est moins de 2%.

Une campagne nationale de boisement et de reboisement a d’ailleurs été lancée depuis octobre dernier. Elle prendra fin en ce mois de mars, et en parallèle, le projet de loi portant régime général des forêts, encore en élaboration, n’a toujours pas vu le jour.

Ce projet de loi comprend plusieurs mesures permettant de relancer ce secteur, notamment l'ouverture du champ d'investissement et l'imposition de sanctions sévères pour protéger ces espaces des agressions. Rappelons enfin que le thème retenu cette année à l’occasion de la Journée internationale des forêts est «Les forêts et la santé».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.