Espionnage politique en Grèce : un ministère aurait autorisé la vente du logiciel espion, selon la presse

13/11/2022 mis à jour: 00:07
AFP
924
Un ministère grec aurait autorisé la vente du logiciel espion qui a permis de surveiller des opposants politiques, selon la presse

Le ministère de la gouvernance numérique grec aurait autorisé la société Intellexa à vendre le logiciel espion Predator, qui a ciblé le téléphone de plusieurs hommes politiques, journalistes et opposants en Grèce, révèle dimanche le journal To Vima. D'après l'hebdomadaire de centre-droit, qui cite des sources anonymes, «des membres importants et haut placés dans le ministère» avaient des contacts avec des représentants de la société Intellexa qui a commercialisé le logiciel malveillant. «La société Intellexa a pris l'autorisation pour l'exportation et la vente de ce logiciel du ministère de la gouvernance numérique», écrit le journal.

Parmi les clients intéressés par l'achat du Predator, se trouvaient, selon To Vima, des pays comme l' Arménie, l'Égypte, Oman, l'Arabie Saoudite, ou la Serbie.

Le ministère de la gouvernance numérique a démenti «catégoriquement» ces allégations dans un communiqué. «Le ministère n'a, dans aucune circonstance, la capacité de donner une autorisation d'exportation ou de vente de quelconque produit», est-il souligné.

Le journal dominical Documento, proche du principal parti de l'opposition Syriza, a également publié ce dimanche une nouvelle liste de 38 personnalités ciblées par le logiciel, parmi lesquelles un métropolite, des hommes politiques, des ministres, des journalistes. La semaine dernière, l'hebdomadaire avait déjà publié une liste de 33 personnalités publiques, visées par le logiciel. Parmi les victimes figurent, selon Documento, l'ancien Premier ministre Antonis Samaras, les actuels ministres des Affaires étrangères, des Finances, du Développement, du Travail et du Tourisme, l'armateur Vangelis Marinakis, propriétaire des clubs de football Olympiakos et Nottingham Forest ainsi que plusieurs journalistes.

Le porte-parole du gouvernement Giannis Oikonomou a jugé dimanche que ces nouvelles publications étaient «basées sur des allégations non fondées et des récits fantaisistes, sans aucune preuve substantielle».

«Le gouvernement traite l'affaire avec un sérieux absolu, afin que la vérité éclate», a-t-il aussi assuré avant d'accuser Alexis Tsipras, leader du principal parti d'opposition Syriza (gauche radicale), d'investir dans «un plan politique toxique visant à traîner dans la boue le gouvernement». À huit mois des élections législatives, prévues à l'été 2023, le scandale des écoutes secoue la vie politique du pays. L'affaire avait éclaté en juillet lorsque Nikos Androulakis, député européen et chef du parti socialiste grec Pasok Kinal, avait déposé plainte, affirmant avoir été victime d'une tentative d'infection de son téléphone avec Predator.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer