Espagne : L’échec prévisible d’Alberto Nuñez Feijóo

02/10/2023 mis à jour: 07:17
1187
M. Feijóo, le chef du Parti Populaire, arrivé en tête des législatives du 23 juillet mais sans majorité viable, a échoué à se faire investir Premier ministre par les députés

Le fait que Feijoó ait gagné les élections mais n’ait pas réussi à devenir Président peut s’expliquer par les particularités du système politique espagnol. L’Espagne est régie par un système parlementaire. En d’autres termes, lors des élections générales, le président n’est pas élu directement, mais c’est un Parlement qui est élu. Ce sont ses membres qui votent la formation de l’exécutif. 

La majorité absolue de 176 députés sur 350 est requise pour être investi président à la première tentative, ou la majorité simple, plus de oui que de non, à la seconde. 

Le Parti populaire (centre-droit) de Nuñez Feijóo a remporté 136 sièges en juillet et, lors d’un premier vote, avec le soutien du parti d’extrême droite Vox, ainsi que de Unión del Pueblo Navarro et Coalición Canaria, il a atteint 172 sièges, soit quatre de moins que le nombre nécessaire pour obtenir la majorité absolue, et lors du second vote, vendredi, Feijóo n’y est pas parvenu non plus. Il a obtenu 172 voix pour, 177 contre et un vote nul. M. Feijóo a déclaré dans son discours : «Il n’y a plus de possibilité de victoire pour aucun candidat, il n’y a plus de succès possible dans la tromperie ou le mensonge.»

 Il a concentré ses critiques sur le socialiste Pedro Sánchez, l’actuel président du gouvernement, qui, en tant que deuxième candidat le plus voté en juillet, va maintenant pouvoir essayer de former un gouvernement. Face aux scénarios prévus, il l’a interpellé : «Aie le courage de dire ce que l’Espagne devra endurer si tu es président du gouvernement, pour que l’Espagne sache ce que tu penses des demandes claires et nettes des partis indépendantistes.» M. Sánchez n’a pas pris la parole lors de la session. A sa place, le socialiste Óscar Puente a accusé Feijóo d’avoir participé à un «simulacre d’investiture pour ses objectifs personnels».
 

Sánchez en embuscade 

Le revers essuyé par Feijóo lors du premier vote semble annoncer la perspective de prochaines élections. Selon la Constitution, le parti, qui a remporté le plus grand nombre de sièges au Congrès, en l’occurrence le PSOE avec 122 sièges, est chargé de présenter son candidat pour un vote. Ainsi, avec la chute de Feijóo, le processus se répète : «Sánchez exposera son programme gouvernemental devant le Congrès et devra obtenir la majorité absolue ou une majorité simple au second tour pour l’emporter. Cependant, cette tâche s’annonce tout aussi ardue.» 

M. Sánchez devra inévitablement forger des alliances avec d’autres formations politiques, car la seule force du Parti socialiste ne lui permettra pas de remporter le scrutin, que ce soit au premier ou au second tour. Son objectif sera de rééditer ce qu’il a appelé le «bloc d’investiture», la relation hétérogène des groupes de gauche, nationalistes et indépendantistes qui a facilité son investiture en 2020. Il aura besoin du soutien de Sumar, un parti de gauche similaire dirigé par Yolanda Díaz, mais aussi des partis nationalistes et indépendantistes de Catalogne et du Pays basque, tels que le PNV, EH Bildu et Esquerra Republicana de Catalunya (ERC).
 

La loi d’amnistie controversée

D’après les experts, l’obstacle majeur à l’heure actuelle réside dans l’obtention du soutien du parti JuntsxCatalunya, ainsi que dans les implications que cela pourrait avoir. En juillet, Miriam Nogueras, la tête de liste du parti, a déclaré : «Nous ne ferons pas de Sánchez un président sans obtenir quelque chose en échange.» 

Au cours de la campagne, ce groupe indépendantiste avait déjà fait savoir qu’il exigerait la tenue d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. De plus, il avait formulé la demande que le «procès» lié au référendum illégal sur l’autodétermination de la Catalogne en 2017, qui avait conduit à la condamnation de plusieurs dirigeants catalans, soit retiré du domaine judiciaire. Pour sa part, M. Sánchez avait annoncé son intention de créer une loi d’amnistie pour les politiciens et les responsables catalans impliqués dans le «procès».

 A l’époque, la Catalogne avait organisé un référendum sur son indépendance, antérieurement déclaré illégal et suspendu par la Cour constitutionnelle. Ce scrutin avait été marqué par une journée de violence, impliquant l’intervention des forces de sécurité de l’Etat. Le gouvernement catalan de l’ancien président, Carles Puigdemont, avait alors considéré les résultats comme légitimes et avait unilatéralement proclamé l’indépendance de la Catalogne.

 Dans la suite de ces événements, plusieurs figures politiques et dirigeants catalans ont été soumis à des procès et incarcérés. Carles Puigdemont a choisi de quitter le pays et a établi sa résidence à Waterloo, en Belgique. Malgré la grâce accordée par le gouvernement espagnol en 2021 aux hommes politiques incarcérés, une demande d’extradition est toujours en cours pour Puigdemont. 

En résumé, les partis politiques JuntsxCatalunya et Esquerra Republicana (ERC) ont exprimé le souhait d’effacer ces événements du passé et d’obtenir la possibilité d’organiser un nouveau référendum en échange de leur soutien à Pedro Sánchez au Congrès. Certaines voix, telles que celle de l’ancienne présidente de la Communauté de Madrid, Esperanza Aguirre, ont déjà encouragé Alberto Núñez Feijóo à envisager de «céder» certaines voix du Parti populaire (PP) à Sánchez ou à s’abstenir lors du vote pour faciliter l’investiture de Sánchez, mais sans le soutien de Junts. Pedro Sánchez a choisi de ne pas intervenir au Congrès pendant ces journées de vote et n’a pas abordé la question de l’amnistie dans ce contexte. 

En réponse, Alberto Núñez Feijóo a qualifié le gouvernement de Sánchez de «gouvernement de tromperies» et a suggéré qu’il serait «plus approprié d’opter pour la seconde option : convoquer de nouvelles élections».  Notons que la proposition de loi d’amnistie a également suscité de vives critiques de la part de membres éminents du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), tels que l’ancien président Felipe González.
 

Nouvelles élections

Depuis le premier vote du Congrès en faveur de Feijóo le 27 septembre, le compte à rebours est enclenché. Dès cet instant, tout candidat a une période de deux mois pour obtenir l’appui de la chambre basse. Si Sánchez ne réussit pas à rassembler une majorité, il deviendra ardu pour tout autre prétendant de réaliser cette tâche.

 Cette situation conduit à une impasse, qui déboucherait sur la convocation de nouvelles élections, programmées pour le 14 janvier 2024, dans ce cas précis. Ce n’est pas la première fois que ce scénario se joue en Espagne. Il s’est déjà produit lors des élections de 2016 et de 2019. L’émergence de nouveaux partis tels que Podemos, Ciudadanos, puis Vox et Sumar, a fragmenté le paysage politique qui était principalement dominé par le PSOE et le PP. 
 

En 2016, Mariano Rajoy, alors chef du PP, a remporté les élections, mais il n’a pas cherché l’investiture en raison d’un manque de soutien, exactement ce qui est arrivé à Núñez Feijóo aujourd’hui. 
 

A ce moment-là, M. Sánchez, également arrivé en deuxième position, a tenté de devenir Premier ministre pour éviter de nouvelles élections, mais il n’a pas obtenu les votes nécessaires. En fin de compte, de nouvelles élections ont eu lieu, Rajoy a de nouveau gagné et a finalement été investi grâce au soutien des libéraux de Ciudadanos et à l’abstention du PSOE.

 Trois ans plus tard, une situation similaire s’est produite, mais avec un résultat différent. En avril 2019, avec Sánchez en tant que Premier ministre, suite à une motion de censure qui avait évincé Rajoy du pouvoir l’année précédente, le PSOE a remporté les élections, mais n’a pas obtenu le soutien nécessaire pour former un gouvernement. 
 

Un nouvel appel aux urnes a été lancé en novembre de la même année, Sánchez a de nouveau remporté les élections et, cette fois-ci, il a conclu un accord de coalition avec Unidas Podemos, dirigé à l’époque par Pablo Iglesias. M. Sánchez a commencé les négociations dès le lendemain des élections de juillet.

 Il reste maintenant à voir si, dans les prochains jours, il obtiendra suffisamment de soutien pour prêter serment en tant que président, ou si l’Espagne devra organiser de nouvelles élections une fois de plus. 

 

Espagne
De notre correspondant  Ali Ait Mouhoub

Copyright 2024 . All Rights Reserved.