Embouchure de l’oued El Kebir près d’El Djenah (Jijel) : Création d’une zone de pêche réglementée temporaire

08/01/2022 mis à jour: 09:58
1029
Photo satellite du site / Photo : D. R.

Un arrêté signé par le wali, le 26 décembre 2021, interdisant toutes les activités de pêche marine et continentale dans ce lieu, vise à protéger la ressource biologique, notamment le mulet et l’anguille.

La pression anthropique néfaste qui pèse depuis quelques années sur l’embouchure de l’Oued El Kébir, près de la localité d’El Djenah, à la limite des communes de Sidi Abdelaziz et Oued Adjoul, a fini par déboucher sur une décision des autorités de la wilaya à travers un arrêté signé par le chef de l’exécutif, le 26 décembre 2021. 

Le texte stipule l’interdiction de toutes les activités de pêche marine et continentale et la protection de l’embouchure de l’Oued El Kébir dans la commune de Sidi Abdelaziz. 

Cet arrêté vise à protéger la ressource biologique, notamment le mulet et l’anguille, devant les abus et la gravité des actes lors des opérations de pêche. 

Il est heureux de voir les initiatives menées depuis des mois par la direction de la pêche et des produits halieutiques (DPRH) en coordination avec les citoyens, notamment l’association de la pêche de loisir du Rocher de moules de Sidi Abdelaziz, qui ne cesse de dénoncer certains abus. 

La DPRH indique dans un communiqué qu’après des opérations de suivi et des enquêtes avec les commissions conjointes entre les secteurs de la pêche, du commerce et de l’agriculture, suivies par un travail consultatif avec tous les partenaires sous la supervision du wali, l’étendue de la gravité des dépassements commis lors des opérations de pêche dans l’embouchure, l’utilisation de moyens proscrits ainsi que la commercialisation de mulets d’une taille marchande hors normes, se sont vérifiées sur le terrain. 

La DPRH relève que des citoyens ont demandé une intervention urgente face à ces pratiques préjudiciables à la ressource halieutique. À cet effet, on rappellera que face à la pression exercée, il y a une année, sur ces vendeurs de poissons hors normes à El Djenah et Sidi Abdelaziz, ces derniers s’étaient rabattus sur des localités se trouvant loin de l’axe routier de la RN43, pour écouler leurs prises. 

Des pêcheurs sans autorisation utilisent des filets permanents, perturbant ainsi gravement le flux des espèces migratrices que ce soit les thalassotoques (se reproduisant en mer et grandissant en eau douce) ou les potamotoques (se reproduisant en eau douce et grandissant en mer). 

D’autres, par contre, utilisent à outrance des éperviers sans se soucier du mal qu’ils provoquent. Plus grave encore, certains sont allés même à reprofiler l’estuaire pour faciliter leurs prises de poissons. Sur des photographies prises lors de parties de pêche dans cette zone, on croit y voir une véritable ruée vers l’or. 

Le fait qu’une partie de cet oued soit incluse dans la zone humide de Beni Belaïd qui, faut-il le rappeler, est classée dans le cadre de la Convention de Ramsar, a grandement facilité la prise de cet arrêté qui interdit tout reprofilage anarchique du cours d’eau et la pêche à cet endroit pendant une année afin de favoriser la reconstitution du stock de poissons. 

Il est par ailleurs relevé le degré de responsabilité des citoyens, des pêcheurs professionnels, des plaisanciers et particulièrement des membres de l’association Rocher de moules de Sidi Abdelaziz, qui ont rejeté les dérives dans cet estuaire. 

La direction de la pêche annonce, par ailleurs, qu’outre son inscription comme opération dans le cadre du plan d’aménagement et de gestion des pêcheries de la wilaya de Jijel, «ce dossier a été inscrit parmi les priorités de la stratégie nationale de l’économie bleue».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.