Election présidentielle en Turquie : L’opposition passe à l’offensive pour faire tomber Erdogan

18/05/2023 mis à jour: 15:37
609

L’opposition turque, qui a manqué de peu d’être battue dès le premier tour de la présidentielle dimanche, veut durcir le ton pour tenter de déloger Recep Tayyip Erdogan du pouvoir le 28 mai. 

Son candidat, Kemal Kiliçdaroglu, chef du Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), a prévu hier une réunion avec les cinq autres dirigeants de l’alliance de l’opposition turque afin de définir une stratégie plus offensive, rapporte l’AFP. 

Comme il a purgé une partie de son équipe et va confier les rênes de sa campagne au très populaire maire CHP d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, et à Canan Kaftancioglu, cheville ouvrière de la victoire d’Imamoglu à Istanbul en 2019, le pire revers électoral du chef de l’Etat depuis son avènement au poste de Premier ministre en 2003. Kemal Kiliçdaroglu a jusqu’ici mené une campagne très collégiale et développé sa vision chaque soir ou presque dans de courtes vidéos postées sur les réseaux sociaux, ignorant la plupart des attaques du chef de l’Etat. Mais les résultats de dimanche ont eu l’effet d’une douche froide. 

A l’issue du décompte des voix, le président Erdogan affiche une confortable avance de plus de 2,5 millions de voix sur son opposant, avec 49,5% des suffrages exprimés contre 44,9% pour Kiliçdaroglu. 

Seule consolation : l’opposition est parvenue pour la première fois à contraindre le Président sortant à un ballottage. «Nous l’emporterons à coup sûr !» a-t-il affirmé hier dans une nouvelle vidéo le montrant devant un portrait de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République turque. 

«Nous n’abandonnerons pas ce pays à une mentalité qui a laissé entrer 10 millions de réfugiés (...). Nous ne laisserons pas ce pays à ceux qui considèrent les femmes comme des objets (...). Nous ne laisserons pas ce pays à un faux leader mondial qui se plie devant la Russie», a-t-il observé. 

Le président Erdogan, à qui il n’a manqué qu’un demi-million de voix environ pour l’emporter au premier tour, devrait pouvoir compter sur le soutien d’une partie des 2,8 millions d’électeurs qui ont voté au premier tour pour Sinan Ogan, candidat ultra-nationaliste. 

Le troisième homme du scrutin devrait annoncer cette semaine s’il soutient l’un des deux finalistes. Erdogan a indiqué qu’il se rendrait ce week-end dans la région du Sud-Est dévastée par le séisme du 6 février, qui a fait plus de 50 000 morts et des millions de déplacés. 

Malgré la colère de certains des rescapés, qui ont accusé l’Etat d’avoir tardé à intervenir, le chef de l’Etat a conservé ses très hauts scores dans la région au premier tour. Il veut aussi s’adresser aux jeunes électeurs d’Istanbul et d’Ankara, les deux plus grandes villes du pays, où K. Kiliçdaroglu est arrivé de peu en tête au premier tour.
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.