Elargissement des BRICS : La Russie met la pression sur le Brésil

03/08/2023 mis à jour: 17:04
47274

La question de l’élargissement des pays membres des BRICS «sera prioritaire» à l’ordre du jour du prochain sommet des pays membres prévu du 22 au 24 du mois en cours à Johannesburg, affirme Moscou.

«Le sujet de l’élargissement des BRICS est une priorité à l’ordre du jour…C’est un sujet très important, car nous constatons que de plus en plus de pays déclarent leur intention de rejoindre ce groupe», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Il estime que l’intérêt manifesté par de nombreux pays à adhérer aux BRICS souligne «un grand potentiel» du groupe et «son autorité croissante et met surtout en valeur sa mission».

Une affirmation qui vient évincer certaines rumeurs sur le renvoi de la question de l’élargissement à plus tard. Sur les cinq membres des BRICS, seul le Brésil a manifesté des réticences à la question de l’ouverture du groupe à d’autres membres. Prenant leurs décisions par consensus, le débat sur les critères d’admission se posera inévitablement lors du prochain Sommet des BRICS et l’avis de chaque pays aura son importance.

Le Brésil justifie sa position par la crainte que le groupe ne perde de sa «stature», si d’autres pays y accèdent. «Un élargissement pourrait transformer le bloc en quelque chose d’autre», a confié à Reuters un fonctionnaire brésilien qui a requis l’anonymat.

Il soutient que «la position du Brésil a toujours été axée sur la cohésion du groupe et la préservation de notre espace au sein du groupe de pays importants». L’agence Reuters qui a interrogé des fonctionnaires brésiliens ayant pris part à la réunion des ministres des Affaires étrangères au Cap, indique que le gouvernement brésilien soutiendra une «expansion progressive, maintenant l’équilibre régional et conservant les rôles prééminents des cinq membres permanents».

Ce qui veut dire que selon la position brésilienne, les nouveaux membres pourraient être admis «en tant que pays partenaires participant aux sommets sans devenir membres à part entière, comme c’est le cas dans d’autres organisations internationales».

Un fonctionnaire de Brasilia a déclaré que «le Brésil va devoir céder à un moment donné, parce que nous sommes réalistes et qu’il n’est pas dans notre nature de bloquer les choses… Mais ce ne sera pas bon pour nous». Le Brésil, selon les sources de Reuters, est réticent à l’idée de voir se concrétiser l’adhésion de l’Iran, de l’Arabie Saoudite ou du Venezuela, ce qui «modifierait la dynamique du groupe et rendrait plus difficile le maintien de l’influence de pays comme le Brésil».

Avant le Brésil, l’Inde avait aussi émis des réserves à l’idée d’élargissement du groupe mais a fini par tempérer ses craintes devant l’intérêt manifesté par de nombreux pays à renforcer le groupe. «L’Inde émet des réserves quant à l’expansion… Si cela doit se faire, cela doit se faire par consensus», a commenté un représentant du gouvernement indien interrogé par Reuters.

L’Afrique du Sud, la Chine et la Russie soutiennent fermement l’option de l’élargissement, mais il restera à savoir vers quel pays la balance se penchera pour le choix des nouveaux membres. «La formule d’expansion nécessite un examen plus approfondi et une meilleure compréhension», avait souligné le président sud-africain, Cyril Ramaphosa. Le ministère chinois des Affaires étrangères a réitéré, quant à lui, son intérêt de voir une expansion rapide du groupe en affirmant dans un communiqué que Pékin «soutient les progrès réalisés dans l’élargissement du nombre de membres et invite d’autres partenaires partageant les mêmes idées à rejoindre la famille des BRICS…».

Représentant 40% de la population mondiale et 26% de l’économie mondiale, le groupe des BRICS attire de plus en plus l’intérêt de nombreux pays qui ont manifesté leur désir de rejoindre le groupe. «Vingt-deux pays ont officiellement approché les BRICS pour devenir membre à part entière du groupe, il y a un nombre égal de pays qui ont demandé de manière informelle de devenir membres des BRICS», affirmé le Sud-Africain Anil Sooklal. L’Algérie, l’Egypte, l’Argentine et l’Arabie Saoudite font partie des pays ayant exprimé une demande officielle d’adhésion.

L’un des critères d’adhésion établis par les BRICS, et rappelé par le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, est le «non-alignement des candidats à la politique des sanctions contre un membre des BRICS». 69 dirigeants ont été invités à assister à certains événements prévus lors du prochain Sommet des BRICS en Afrique du Sud.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.