El Tarf : Un probable rush vers la Tunisie

11/05/2022 mis à jour: 20:23
1287
Photo : D. R.

Des rumeurs persistantes des deux côtés de la frontière font état d’une réouverture prochaine des postes frontaliers terrestres après deux ans de fermeture.

Avec la fin du Ramadhan et du laxisme qui l’accompagne, une certaine fébrilité s’est emparée des services publics, en particulier ceux des communes côtières. Plus tôt que les années précédentes, on a commencé par le balayage des principales voies de circulation, le badigeonnage des bordures de trottoirs, le remplacement des ampoules de l’éclairage public dans la mesure des possibilités financières et quelques élagages d’arbres là où il y en a.

La routine en quelque sorte. Pour les plages, les membres de l’APW ont pu suivre récemment des interventions du conservateur des forêts, de la direction de la Protection civile et de la directrice du tourisme de la wilaya sur les dispositions prises pour la prochaine saison estivale. Rien de bien différent aux années précédentes.

La routine toujours. A moins de signaler que deux nouvelles plages surveillées sont ouvertes à la baignade ce qui porte leur nombre à 15 plages et que des financements ont été dégagés sur les Programmes de développement local (PCD) d’un montant de 19 millions de dinars pour la mise en place de 5 réservoirs d’eau avec adduction pour cinq plages d’El Kala et Chatt, un forage, l’éclairage à l’énergie solaire pour deux plages.

La Directrice du tourisme a également fait état de l’ouverture de cinq nouvelles structures hôtelières qui apporteront 825 lits, dont 400 dans une résidence à Chatt et 350 avec deux hôtels à Ben Mhidi et au Lac des Oiseaux.

Rien de nouveau par contre pour lutter contre l’appropriation des espaces par les «plagistes» et les déchets laissés sur place, notamment avec cette fâcheuse habitude de se rincer les pieds avant de monter dans la voiture qu’on veut elle garder propre, mais en laissant ensuite la bouteille plastique sur place. Un bac de récupération ferait l’affaire de tous et celle aussi de ces récolteurs de bouteilles en plastique qui les cherchent dans les poubelles.

À part ces prévisions de routine, aucune autre prospective sur l’été qui arrive. Un été certainement très chaud, pour lequel on n’écarte pas le retour de ce dôme de chaleur qui a fait grimper la température à 50°C le 9 août 2021 à El Tarf, comme le même jour à in Salah au centre de Sahara, et déclencher des incendies de forêt qui ont détruit 1500 hectares de végétation.

Des citoyens qui viennent s’y installer

On n’a pas pris non plus la mesure de l’affluence des estivants qui s’ajoutent à la population locale dont on ne connait toujours pas le nombre estimé qu’approximativement à partir du volume des ordures ménagères récoltées et du nombre d’électeurs. À El Kala, on parle d’une population résidente qui double ou qui triple, mais sans savoir ce qu’elle est à la base. Une ville et sa région en passe de devenir une villégiature, car on a pu constater que des citoyens des autres régions du pays viennent s’y installer pour toute l’année ou pendant les vacances.

On y compte beaucoup de couples de retraités de professions libérales, de cadres d’institutions nationales, d’universitaires, de dirigeants d’entreprises, bref des catégories qui en ont les moyens et qui ont acquis une habitation en ville ou dans la campagne aux alentours. Autre affluence et non des moindres à prévoir avec sérieux à El Tarf, le rush annoncé vers la Tunisie voisine.

Des rumeurs persistantes des deux côtés de la frontière font état d’une réouverture prochaine des postes frontaliers terrestres après deux ans de fermeture. Selon des organes de presse proches du gouvernement tunisien, la situation sanitaire s’étant considérablement améliorée dans les deux pays, des réunions au plus haut niveau prépareraient à recevoir 3 millions de touristes algériens.

Des mesures auraient été également été prises pour moderniser les postes frontaliers tunisiens notamment celui de Melloula (Tabarka) qui fait difficilement face à l’afflux des vacanciers. Les résidents dans les deux pays qui sont autorisés depuis janvier 2022 à traverser la frontière n’ont pas pour l’instant constaté de grands changements.

Une mini-mesure considérée comme allant dans le sens d’une réouverture progressive prise après la rencontre à Tunis à la mi-décembre entre les présidents des deux pays. Côté algérien, des voix s’élèvent et des confrères ont même rapporté des sit-in pour la réouverture aux vacanciers au motif qu’il n’y a plus aucune raison objective pour prolonger la fermeture appliquée en raison de la lutte contre la Covid-19.

Il n’y a plus de nouvelles contaminations et de décès depuis plusieurs semaines dans les deux pays. Autre ouverture également très attendue, celle du dernier tronçon de 87 km de l’autoroute Est-Ouest fin prêt en grande partie entre Dréan et la frontière.

Une question qui devrait préoccuper au plus haut degré autant les autorités locales que centrales pour les avantages en temps et en sécurité qu’il offre aux usagers à destination d’El Tarf et de la frontière. Un bout du tronçon de 52 km est prêt depuis une année, mais il est toujours fermé à la circulation pour une raison hallucinante : on attendrait le Premier ministre pour l’inaugurer.

 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer