Développement à Boumerdès : Retard dans la réalisation des projets sectoriels

26/11/2023 mis à jour: 11:12
928

Des retards considérables sont constatés dans la réalisation des projets sectoriels dans la wilaya de Boumerdès. Celle-ci a bénéficié ces dernières années de 653 projets pour un montant global de 171 milliards de dinars.

Néanmoins, seulement 55% de cet important programme a été réalisé, a précisé récemment Sofiane Bouhraoua, chef de service à la Direction de programmation et du suivi du budget (DPSB). S’exprimant sur les ondes de la radio locale, ce responsable incombe ces retards aux difficultés rencontrées par certaines administrations à appliquer la nouvelle loi organique 15-18 relative aux lois de finances. 

Selon les experts, cette loi s’appuie sur les résultats et l’élaboration d’un budget qui vise des objectifs définis précédemment, afin de garantir plus de transparence en matière de dépense de l’argent public. 

M. Bouhraoua a souligné que certains projets remontent à plusieurs années. C’est le cas de l’hôpital des 240 lits dont le chantier bat de l’aile depuis 2006. Le montant de cette importante infrastructure a presque doublé, passant de 3,3 à 5,5 milliards de dinars.

Depuis sa désignation début septembre à la tête de la wilaya, le nouveau wali, Mme Fouzia Naâma, multiplie les visites sur terrain afin de rattraper les retards et relancer les projets en souffrance. La réception dudit hôpital est prévue pour la mi-2024, a-t-on indiqué. Parmi les autres projets qui s’éternisent, on peut citer l’hôpital des 120 lits à Boudouaou, l’hôpital de 60 lits à Khemis El Kechna et un autre de 80 lits à Baghlia.  

Surcoûts !

Dans le secteur des travaux publics, la situation n’est pas meilleure. Inscrit en 2016, l’évitement de la ville de Boumerdès patine jusqu’à ce jour. Le coût initial du projet était de 6 milliards avant d’atteindre 8,4 à cause des retards et autres contraintes ayant nécessité la réévaluation du marché.  Mme Fouzia Naâma  a inspecté le chantier à plusieurs reprises, afin de le livrer incessamment. Le représentant de la DPSB a également souligné que le projet du stade de Bordj Menaïel, bloqué depuis 2016, a obtenu une rallonge de 1,6 milliard de dinars pour son achèvement. 

Les retards dans la réalisation des projets d’équipement sont attribués à plusieurs facteurs, tels que le manque de foncier, les oppositions et l’absence de rigueur dans le suivi des projets. Un précédent rapport de la Cour des comptes pointe l’insuffisance de maturation des études techniques et une faible identification des besoins, ce qui  entraîne  des réévaluations des coûts des projets et des retards dans leur achèvement.

A cela s’ajoutent parfois le changement de maître d’ouvrage, la conclusion d’avenants modificatifs et l’élaboration de dossiers techniques basés sur des descriptions sommaires des projets à inscrire, a-t-on expliqué. A Boumerdès, aucun secteur n’est lésé en termes de dotations financières. Le département de l’éducation a bénéficié de 68 groupes scolaires pour réduire la surcharge des classes, mais 52 n’ont pas encore vu le jour. Il en est de même pour 15 CEM et 9 lycées dont certains remontent à l’époque de Bouteflika. 

Aujourd’hui, des milliers d’élèves de la wilaya évoluent dans des classes roulantes ou astreints au système de double vacation. Les autorités auront aussi fort à faire pour réduire le déficit en matière de cantines scolaires. Celles-ci font encore défaut dans 240 parmi les 405 écoles de la région. 

A noter que même les communes ne font pas mieux concernant le respect des délais de réalisation des programmes de développement. 

Un récent rapport de l’APW a révélé que 602 milliards cts de subventions accordées pour les APC n’ont pas été consommées.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.