Des tests déterminants attendent l’entraîneur de la JSK : Azzedine Aït Djoudi sur une corde raide

02/04/2024 mis à jour: 07:10
3222
Azzedine Aït Djoudi, entraîneur de la JSK

Avec les mauvais résultats enregistrés depuis plusieurs semaines, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, les Canaris n’ont aucun choix que de  tenter le tout pour le tout afin d’éviter surtout une défaite, ce vendredi, à Biskra. La JSK, qui a perdu des chances inouïes d’empocher plusieurs points à domicile, se trouve dans une situation difficile. L’entraineur Azzedine Aït Djoudi, qui a remplacé  Rui Almeida après son limogeage de la barre technique du club, est sur une corde raide. Des tests déterminants  attendent l’entraîneur de la JSK.  

Aït Djoudi avait même, pour rappel, déclaré que c’est lui qui avait proposé  de mettre fin à la relation de travail entre le technicien portugais et la direction de la JSK. Et ce, avait-il insisté, pour manque de résultats. «Je suis arrivé en tant que directeur technique sportif depuis un mois (ndlr) et j’ai constaté que cet entraîneur ne pourra pas mener l’équipe vers les résultats attendus par les supporters de la JSK. 

 Dès lors, la situation m’a vraiment préoccupé. J’ai donc fait une demande pour mettre fin à sa relation de travail avec le club. La JSK a perdu bêtement des points», avait-il affirmé. Depuis, il prend la place de  Rui Almeida comme entraineur principal des Jaune et Vert. Toutefois, aujourd’hui, la situation est la même, voire pire qu’avant. La JSK a été éliminée de la Coupe d’Algérie en 32es de finale à l’issue de sa défaite face au CRB à Tizi Ouzou. 
 

Le même CRB a piégé, samedi dernier, au stade du 1er Novembre de Tizi Ouzou, les Canaris. Ces derniers se sont inclinés aussi, dans leurs bases, devant l’ES Sétif. Une situation qui n’a pas été sans conséquences  sur le plan changement au sein du club. Souvent accusé d’avoir opté pour le recrutement des joueurs qui n’ont rien donné sur le terrain, le manager général de la JSK, Brahim Zafour, vient d’être remercié par le président des Canaris, Achour Chelloul. «Nous informons nos chers supporters que la décision de nous séparer de notre manager général a été actée aujourd’hui. Nous remercions sincèrement et vivement notre ancien manager général, Brahim Zafour, pour tout ce qu’il a apporté à son club de toujours tout au long de son parcours, et lui souhaitons le meilleur dans ses projets futurs.

 Conscients de la déception générée par les récents mauvais résultats, nous rassurons nos fidèles supporters que nous entreprendrons tout ce qui est nécessaire pour retrouver le chemin des victoires et œuvrer vaillamment à asseoir et consolider notre projet visant à rendre au club ses lettres de noblesse. Nous invitons également nos supporters à rester sereins et positifs et à continuer à soutenir leur équipe de cœur», souligne  la JSK dans un communiqué rendu public. Dans le même document, la direction des Jeune et Vert explique les raison de cette décision qui est, ajoute le même document,  «nécessaire pour le bien du club». Il faut rappeler que depuis le début de la saison, c’est la valse des dirigeants au sein de la JSK. 

 Après Youcef Bouzidi qui est parti (séparation à l’amiable) avec le club, le directeur technique sportif, Djamel Menad, a également été limogé, tout comme l’entraîneur Lui Al Maeda. L’entraîneur adjoint Mohamed Lacet qui a assuré, à plusieurs reprises, la fonction d’entraîneur par intérim est, lui aussi, parti. Cela étant, avec ces changements répétitifs,  rien n’augure une bonne stabilité au sein de la barre technique de la JSK.  

Avec des  défaites enregistrées à domicile, l’entraîneur Aït Djoudi  risque de connaître, sous peu, le même sort que ses prédécesseurs. Il pourrait se retrouver sur un siège éjectable, à moins que la JSK  ne redresse la barre.          
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.