CTS du CHU Mustapha Pacha : Appel au don de sang durant le mois de Ramadhan

02/04/2023 mis à jour: 09:41
820

Les structures chargées de la collecte de sang dans la capitale connaissent une baisse significative du nombre de donneurs durant le mois sacré de Ramadhan. 

Cette situation se répercute négativement sur les services et structures hospitalières qui ont besoins de ce liquide vital pour sauver des vies humaines, et ce, en coordination avec des associations, pour recevoir les donneurs de sang dans la banlieue de la capitale après les Tarawih aux abords des mosquées, sous la supervision d’équipes médicales et paramédicales mobiles. 

Le Pr. Issam Frigaa chef du centre a conseillé aux éventuels donneurs de sang de ne pas manger trop gras pour que le sang dont ils feront don soit utilisable. Le CTS du CHU Mustapha Pacha reçoit, a-t-il expliqué, plus de 180 donneurs de sang volontaires par nuit, pris en charge par les personnels médical et paramédical qui veillent, jusqu’à une heure tardive de la nuit, au bon déroulement de l’opération. 

Le professeur a appelé les citoyens à faire don d’un peu de leur sang durant le mois sacré de Ramadhan pour sauver la vie de nombreux malades. à l’occasion de la célébration de la Journée maghrébine du don de sang (30 mars), qui coïncide cette année avec le mois sacré de Ramadhan, le Pr Frigaa a estimé que le don de sang, qui permet de sauver la vie de nombreux malades, s’apparente à une Sadaqa Jariya (œuvre d’utilité pérenne). 

A l’occasion du mois sacré, l’établissement reçoit les donneurs de sang deux fois par jour : de 8h00 à 14h00 et le soir après les Tarawih et jusqu’à 1 heure du matin, a-t-il expliqué. Concernant l’approvisionnement en sang des différents services, Pr Frigaa a indiqué que certains services de chirurgie s’organisaient en fonction des cas urgents, tandis que d’autres, à l’instar des services de cancérologie, de thalassémie, de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, étaient régulièrement approvisionnés en cette substance vitale. Les services accueillant des cas d’extrême urgence sont approvisionnés, en fonction de la demande, en poches de sang et de plasma, a-t-il précisé. 

60% des poches de sang collectées au sein du CHU Mustapha Pacha sont envoyées vers d’autres établissements hospitaliers à Alger ou dans d’autres wilayas limitrophes, a-t-il ajouté. Le centre veille à répondre à toutes les demandes en sang et plaquettes des services de l’hôpital Mustapha, en fonction des cas urgents, et à assurer la disponibilité de cette substance au niveau de la banque du sang, pour pallier tout besoin exprimé en intra ou en extra-muros. S’agissant des groupes sanguins rares, le responsable a révélé qu’il fallait, parfois, collecter 500 poches de sang pour obtenir le groupe sanguin requis, indiquant que le système informatisé du Centre compte plus de 750 000 dossiers électroniques du patient (DEP), 17 millions d’analyses dans la base de données, ainsi que 130 000 donneurs volontaires joignables en cas de besoin. Le CTS adopte un système de contrôle interne et externe garantissant la qualité et la sécurité de cette substance vitale et détient une  certification internationale attestant de sa conformité aux normes en vigueur dans ce domaine, a affirmé le Pr Frigaa. 

Le centre s’est doté de nouvelles techniques de dépistage de l’hépatite B chez les donneurs et les malades pour que le sang collecté soit sécurisé, selon le spécialiste. Conformément aux lois en vigueur, le don de sang est autorisé pour les 18-65 ans en bonne santé. Les hommes peuvent donner du sang cinq fois par an et les femmes trois fois par an, en respectant un intervalle de huit semaines entre les dons, a précisé le Pr Frigaa.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.