Crise ukrainienne : Moscou et Ankara échangent sur les exigences russes

03/01/2022 mis à jour: 21:09
556
Les présidents russe, Vladimir Poutine, et turc, Recep Tayyip Erdogan / Photo : D. R.

La Russie et la Turquie entretiennent des relations de partenariat en dépit d’intérêts divergents ou concurrents sur différents terrains, comme la Syrie ou la Libye où ils sont des acteurs majeurs.

Le président russe, Vladimir Poutine, et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, ont évoqué, par téléphone hier, les exigences présentées par Moscou à l’égard de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) autour de la crise ukrainienne, rapporte l’AFP.

La présidence turque a affirmé que les deux Présidents ont «discuté des mesures à prendre pour améliorer les relations» entre les deux pays. Le Kremlin a indiqué que les deux dirigeants ont «confirmé l’intention de renforcer le partenariat mutuellement bénéfique entre la Russie et la Turquie».

Mais Moscou a précisé que les deux dirigeants ont «aussi évoqué les questions internationales, y compris les propositions bien connues de mettre sur pied des accords formalisés légalement qui garantiraient la sécurité de la Fédération de Russie, tout comme la situation dans le Caucase et les questions du règlement des crises en Syrie et en Libye».

La Russie et la Turquie entretiennent des relations de partenariat en dépit d’intérêts divergents ou concurrents sur différents terrains, comme la Syrie ou la Libye, où ils sont des acteurs majeurs.

Les deux pays étaient aussi dans l’ombre d’un récent conflit armé dans le Caucase entre l’Azerbaïdjan turcophone et le Nagorny Karabakh soutenu par l’Arménie, pays qui abrite une base militaire russe.

La tension a aussi monté entre Moscou et Ankara autour de la crise ukrainienne récemment, V. Poutine reprochant à son homologue turc d’avoir fourni à l’armée ukrainienne des drones armés, utilisés contre les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine.

Reproches

En retour, alors que les Occidentaux s’inquiètent depuis des semaines d’une éventuelle intervention russe en Ukraine, accusant Moscou d’avoir amassé troupes et blindés près de la zone frontalière, Ankara a reproché la semaine dernière au Kremlin de présenter des exigences «unilatérales» à l’Otan.

Tout en niant le projet d’invasion de l’Ukraine, la Russie a dévoilé, le 17 décembre, des propositions de traités pour limiter l’influence américaine et de l’Otan dans son voisinage. Les deux textes présentés prévoient d’interdire tout élargissement de cette alliance militaire, notamment à l’Ukraine, et tout établissement de bases militaires américaines dans les pays de l’ex-espace soviétique.

La question a fait l’objet de deux conversations téléphoniques en deux mois entre Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden, qui menace la Russie de mesures de rétorsion sévères en cas d’intervention militaire.

Elle devrait aussi faire l’objet d’une réunion le 12 janvier du Conseil Otan-Russie, instance de consultation créée en 2002. La Turquie, membre de l’Alliance depuis 1952, s’est de son côté attiré ces dernières années les foudres de l’Otan pour avoir acheté un système de défense antiaérienne S-400 russe malgré son appartenance à l’Otan. 

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer