Crise malienne : Six soldats tués dans trois attaques revendiquées par Al Qaîda

26/04/2022 mis à jour: 02:44
1143
Ces attaques ont été revendiquées par la katiba Macina du prédicateur peul Amadou Koufa

L’armée malienne a annoncé hier la mort de six soldats dans trois attaques simultanées avec des «véhicules bourrés d’explosifs», contre trois camps militaires dans le centre du Mali, des assauts revendiqués par un groupe lié à Al Qaîda. 

Ces attaques ont fait au total 6 morts et 20 blessés dans les trois camps visés, à Sévaré, Bapho et Niono, par des «groupes armés terroristes, qui ont utilisé des véhicules kamikazes bourrés d’explosifs», a affirmé l’armée malienne dans un communiqué. 

L’armée a «simultanément repoussé (ces) trois attaques complexes terroristes» menées «tôt dimanche matin le 24 avril 2022 vers 5h GMT et locales», selon ce communiqué. 

Ces attaques ont été revendiquées par la katiba Macina, du prédicateur peul Amadou Koufa, dans un message audio transmis dimanche à l’AFP par des sources proches de ce groupe. Cette katiba (unité de combattants) est subordonnée à Iyad Ag Ghaly, chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim selon son acronyme anglais), lié à Al Qaîda. 

«Ce dimanche matin, les moujahidine de la katiba Macina ont frappé trois camps des Fama, les forces armées maliennes, citant Ségou, Bapho et Niono», selon ce message audio en langue bambara. 

Ségou, localité dans le centre du Mali, ne fait pas partie des camps ciblés cités par l’armée malienne, qui a mentionné Sévaré parmi les camps attaqués, contrairement aux auteurs de la revendication. «Nous avons frappé ces camps au même moment avec un intervalle de cinq minutes. 

Outre les morts, on leur a causé des dégâts matériels» et «détruit des camps», ont ajouté les djihadistes. Ces attaques ont fait 6 morts parmi les soldats maliens, 15 blessés à Sévaré, un blessé à Bapho et 4 blessés à Niono, selon le communiqué de l’armée. A Sévaré, 11 assaillants sont «morts, dont le kamikaze», selon l’armée, qui fait état de «beaucoup de matériel militaire» récupéré chez les assaillants. 

Par ailleurs, une unité des Fama «en patrouille» sur l’axe Moura-Tenenko (centre) a été «prise dans une embuscade par un groupe au cours de laquelle 10 terroristes ont été neutralisés» lors d’un incident séparé, a annoncé l’armée dans un autre communiqué publié dimanche soir. A la suite des attaques de dimanche matin, l’armée a «interpellé trois suspects à Sévaré (qui) ont été mis à la disposition de la gendarmerie pour enquêtes», selon ce communiqué distinct. 

La Mission de l’Onu au Mali «condamne fermement les attaques dirigées contre les Fama à Sévaré, Niono et Bapho où plusieurs soldats sont morts ce (dimanche) matin», sur Twitter. Elle dit avoir, «à la demande des Fama, immédiatement déployé une force de réaction rapide à Sévaré». Plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde que le déploiement de forces étrangères n’a pas permis de régler, le Mali a connu deux coups d’Etat militaires depuis août 2020. 

Parties du nord du pays, les violences djihadistes se sont étendues vers le Centre et le Sud avant que le conflit ne se complique avec l’apparition de milices communautaires et de bandes criminelles. Le conflit a fait des milliers de morts, civils et combattants, et le centre du Mali est actuellement un des principaux foyers de la crise sahélienne. 

Les militaires au pouvoir depuis 2020 se sont rapprochés de Moscou en même temps qu’ils se détournaient de la France, engagée militairement dans le pays contre les djihadistes depuis 2013. 

Le Mali a ainsi fait appel massivement à ce qu’il présente comme des «instructeurs» venus de Russie alors que les Occidentaux (Paris et Washington notamment) dénoncent la présence dans le pays de «mercenaires» du groupe privé russe Wagner, ce que démentent fermement les colonels maliens au pouvoir. 

Sur fond de crise diplomatique avec la junte, Paris a annoncé en février le retrait de ses soldats déployés au Mali, opération devant être achevée cet été.

Le GSIM annonce la capture d’un Russe du groupe Wagner

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) détient un Russe membre de la milice Wagner, selon un  communiqué au nom de cette formation terroriste transmis à l’AFP dans la nuit de dimanche à lundi. «Durant la première semaine d’avril, nous avons capturé un soldat des forces russes Wagner dans la région de Ségou», dans le centre du Mali, indique ce texte en arabe. C’est la première fois que le GSIM, principale alliance terroriste au Sahel, liée à Al Qaîda, annonce la capture d’un Russe engagé sur le front de la lutte antiterroriste dans le pays. «Ces forces meurtrières ont participé avec l’armée malienne à une opération de parachutage sur un marché dans le village de Moura où ils ont affronté plusieurs moudjahidine avant d’encercler cette localité pendant cinq jours et tuer des centaines de civils innocents», ajoute le texte. Selon le même communiqué, «les moudjahidine ont par ailleurs fait face à deux opérations de parachutage menées par les mercenaires au-dessus des falaises de Bandiagara, à 70 km de Sévaré (centre du Mali). Ils ont réussi à confisquer des armes des mercenaires qui ont pris la fuite».  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.