CR Belouizdad : Une défaite et des remises en cause

24/06/2023 mis à jour: 20:40
2436

Le Chabab Riadhi de Belouizdad (CRB) attendra (un peu ou longtemps ?) avant d’inscrire sur son riche palmarès la 9e étoile de la compétition populaire. L’ASO Chlef, l’outsider de la finale de la coupe d’Algérie 2023 a renversé tous les pronostics et s’est imposé, jeudi, au stade Miloud Hadefi, devant l’ogre du championnat algérien qui file quand même vers son 4e titre consécutif de champion d’Algérie. 

Ce n’est pas rien. Cela n’a pas empêché le Chabab de trébucher devant l’ASO. La défaite a été douloureusement ressentie dans les fiefs du grand club algérois. Il faut dire qu’une crise larvée couvait dans le camp belouizdadi.

Une partie des supporters n’a cessé de réclamer, depuis des mois, le renvoi du coach Nabil Kouki à qui elle reprochait la piètre qualité du jeu présenté par l’équipe. Beaucoup de supporters ont demandé la tête du coach tunisien après la lourde défaite contre Mamelodi Sundowns en ligue des champions. 

La direction, elle aussi sous les feux des critiques de ses propres supporters, a fait front aux côtés de celui-ci. Le divorce était donc consommé avant la défaite en finale de la coupe d’Algérie et à quelques journées de la clôture de la saison qui s’achèvera, sauf énorme surprise, par le 4e sacre consécutif du CRB. 

Dès la fin du match d’Oran des proches du club ont ouvert la voie à une séparation avec le coach avant la fin de l’exercice. Cette décision, si elle est prise, coûtera au club au chapitre financier. Le technicien tunisien et ses conseils auraient blindé son contrat. La direction du club ira-t-elle jusqu’à suivre la vox populi pour faire tomber la pression ? 

C’est fort possible. Elle aussi est dans l’œil du cyclone. Le «sacrifice» de Nabil Kouki calmera-t-il les ardeurs de ceux qui réclament la tête de l’entraineur ? Ce dernier est-il le seul responsable de ce que beaucoup de supporters qualifient de défaite humiliante ? Les joueurs n’ont-ils aucune responsabilité dans la désillusion de jeudi ? Eux-aussi n’ont rien fait sur le terrain pour éviter la défaite. Ils donnaient l’impression d’avoir joué la finale avant de fouler le gazon du stade Miloud Hadefi. Globalement, leur rendu était médiocre, indigeste et indigne d’une équipe qui survole le championnat depuis 4 ans. 

La direction va devoir réagir très vite pour «sécuriser» le 4e titre et instaurer le calme autour du club. Des langues se sont vite déliées après la défaite (1-2) pour remettre en cause la stratégie du groupe Madar dans la gestion courante du club. Une frange de supporters nourrie par le passé du club, chargé de titres et de gloire n’a eu cesse, même pendant la collection des titres, de demander la restructuration totale du club, la création d’un véritable outil de travail (un centre de préparation digne de ce nom), un investissement au niveau de la formation de base et le souci de pérenniser ce qui a fait la gloire du CRB, la qualité de jeu. Pour le moment, ces objectifs ne sont pas atteints. 

Ce qui provoque le courroux des supporters belouizdadi qui demeurent très exigeants sur ce chapitre. La gestion, ou pas, de ces aspects déterminera l’avenir immédiat de la direction actuelle. Elle doit faire vite pour éteindre le feu qui couve.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.