Coopérative immobilière Bîmârîstân à Batna : Les adhérents dénoncent la mainmise de puissants intervenants

16/04/2022 mis à jour: 21:27
851

Fondée en 1995 au bénéfice du personnel tous corps confondus du CHU de Batna, la coopérative immobilière Bîmâristân, totalisant 584 lots de terrains initialement et théoriquement lotis sur une assiette foncière de 32 ha située à Tamchit au sud-ouest de la capitale des Aurès, est au centre d’une déplorable affaire de manipulations, de convoitises impliquant des gens bien placés, d’accaparement de biens publics, de fraudes, d’escroqueries et d’abus de pouvoir manifestes contre lesquels la justice a sévi et condamné plusieurs personnes. 
 

Prenant les allures d’un mauvais feuilleton où les adhérents de cette forme d’artel modernisé sont les grands perdants puisque le terrain attribué est encore nu et que le bout du tunnel semble encore loin pour ces fonctionnaires érodés et désabusés par la tournure des choses. 

En effet, les concernés sont confrontés depuis 27 ans à de multiples difficultés, actes illégaux et rebondissements rédhibitoires ayant fini par dissiper leurs rêves de construire un jour une maison pour leurs familles, a-t-on appris. «Nous avons constitué cette coopérative immobilière pour les employés du CHU de Batna en répondant à tous les critères réglementaires et à toutes les conditions légales. 

Après l’élection d’un bureau exécutif avec un président et un trésorier, nous avons obtenu tous les documents administratifs nécessaires pour une telle entreprise. Nous avons cotisé et chaque participant a versé au CPA de Batna sa quote-part équivalente au prix du lot de terrain choisi. 

Tout allait bien dans le meilleur des mondes quand l’ADE a décidé de réaliser une immense canalisation souterraine d’eau potable traversant le périmètre de Tamchit dévolu à notre coopérative. Donnant la primauté à l’intérêt public, nous avons cédé 2 hectares à cette entreprise publique contre un chèque de 25 milliards de centimes. En 2017, tous les problèmes de notre coopérative ont été levés avec, je dois le dire, un excellent travail des administrations locales de Batna qui ont pleinement joué leurs rôles. Nous pensions que ce calvaire de 12 ans était fini. Il n’en était rien», a déploré Ayache Ounis, représentant les adhérents et désormais plaignants lesquels se sont constitués en collectif pour défendre leurs droits devant les tribunaux. 
 

DES DÉBOIRES À N’EN PLUS FINIR
 

Après cet épisode, les souscripteurs de «Bîmâristân» ont tenté durant plus d’une année de contacter le président de la coopérative afin d’accélérer certaines procédures, mais en vain. «Ce président nous a bercé de promesses et à chaque fois il invoquait une excuse ou un prétexte fallacieux pour expliquer la non-obtention des permis de construire et de lotir. En 2018, nous avons senti qu’une magouille et une arnaque se tramaient à nos dépens. Nous avons alors déposé une plainte devant le tribunal de Batna. 

À l’issue d’une enquête des services de sécurité, le pot aux roses a été découvert. Il s’agissait d’une affaire d’escroquerie, de malversations, d’abus de confiance et tentative de détournement de fonds visant à s’accaparer les 25 milliards versés par l’ADE au titre des dédommagements. Le président est décédé entre-temps. Sa secrétaire et le trésorier ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour leurs actes délictuels», a précisé notre interlocuteur. Voulant démêler l’écheveau et pouvoir entamer la construction de leurs maisons, les adhérents ont appris qu’un ancien haut fonctionnaire des biens de l’État détenait une procuration délivrée par l’ancien président pour que celui-ci gère la coopérative en question. 
 

Un document illégal, car sans le sceau d’un huissier de justice, estiment les concernés. Abasourdis et estomaqués par ce développement inattendu, ils ont appris en plus que leur coopérative avait deux présidents et deux trésoriers et deux comptes en banque sans qu’ils en soient avisés. «Le plus drôle et aberrant est que les autorités municipales et la wilaya reconnaissent la validité de cette procuration et désignent ce personnage comme étant le seul interlocuteur valable alors que nous ne lui reconnaissons aucune compétence pour mener à bien notre projet, car tout ce beau monde lorgne du coté de la faramineuse somme de l’ADE bloquée jusqu’à aujourd’hui», a lancé Ayache Ounis. 
 

DES GENS PUISSANTS AGISSENT
 

Comme si tous ces déboires ne suffisaient pas, cette coopérative immobilière a été amputée de 2 autres hectares la ramenant à 28 ha et elle est passée de 584 à 1300 adhérents, dont la majorité surajoutée à la liste initiale aurait remis de l’argent de main en main à l’ancien directeur. «Pour régler nos problèmes, nous avons demandé une autorisation pour la tenue d’une assemblée générale. 

Le wali nous l’a accordée, mais 3 jours pus tard, nous avons été avisés par des policiers que cette réunion ne pouvait pas se tenir. Nous avons apparemment affaire à des gens puissants ayant leurs entrées dans les sphères de l’administration et qui embrouillent expressément les faits, car ils convoitent cette assiette foncière pour de proches promoteurs immobiliers.

 Nous n’arrivons pas à combattre ces gens audacieux et sûrs d’eux, car soutenus au plus haut niveau et à faire valoir nos droits bafoués depuis des années. Nous appelons à l’aide de l’institution judiciaire, le wali de Batna et le Président de la République pour l’ouverture d’une enquête approfondie afin de mettre à jour tous les tenants et les aboutissants de cette triste affaire. Nous voulons juste que justice soit faite», a conclu le porte-voix des adhérents de Bîmâristân. 

À noter que ce terme désignant un établissement caritatif destiné à recevoir des personnes atteintes de maladies et de blessures était dans le temps un élément essentiel du système médical institutionnel dans l’aire géographique musulmane. 
 

Les adhérents de cette coopérative immobilière éponyme s’en remettent à la justice et en appellent à la conscience des plus hauts responsables du pays pour dénouer l’imbroglio juridico-financier obérant le devenir de leur projet qui est paralysé, alors que des dizaines d’autres du même type à Batna ont connu des sorts autrement plus heureux.         

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer