Contrôle judiciaire confirmé pour Mohcine Belabbas

10/02/2022 mis à jour: 00:24
1441
Photo : D. R.

La chambre d’accusation près la cour d’Alger confirme le placement sous contrôle judiciaire du président du RCD, Mohcine Belabbas. C’est ce qu’a annoncé, hier, l’avocate et cadre du parti, Fetta Sadat, sur sa page Facebook.

Ladite chambre rejette ainsi l’appel introduit par les avocats du leader de ce parti contre l’ordonnance du juge d’instruction près le tribunal d’Hussein Dey, à Alger, qui avait décidé de le placer, depuis le 10 janvier dernier, sous contrôle judiciaire. Mohcine Belabbas, rappelons-le, a été auditionné par le juge d’instruction près le tribunal d’Hussein Dey dans le cadre de l’enquête liée au «décès d’un ouvrier marocain qui effectuait des travaux dans son logement privé à Alger».

Il est ainsi contraint de venir émarger une fois par mois devant le tribunal. Le juge d’instruction a retenu contre lui trois chefs d’inculpation, à savoir «l’hébergement d’un étranger sans autorisation», «infraction à la législation concernant le travail des étrangers» et «obtention frauduleuse de documents».

Cette affaire remonte au mois de juin 2020, lorsque le président du RCD a été convoqué par la Gendarmerie nationale qui l’avait interrogé sur «le décès d’un ouvrier de nationalité marocaine». 

Cette convocation était intervenue 24 heures seulement après la mise en demeure adressée au parti par le ministère de l’Intérieur pour lui demander «de mettre un terme à des activités jugées non conformes à la loi».

Quelques mois plus tard, l’ancien ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, a demandé la levée de l’immunité parlementaire du leader du RCD. Pour de nombreux observateurs, cette action de l’ancien ministre de la Justice constituait une forme de pression contre le chef du RCD, en raison de son engagement dans le hirak populaire.

Le RCD avait d’ailleurs dénoncé un acharnement contre son président. «L’acharnement administratif et judiciaire qui cible le RCD et son président, Mohcine Belabbas signe une dérive autoritaire inqualifiable et inadmissible. L’objectif est de faire payer au RCD son positionnement franc et sans concession aux côtés du peuple dans son combat pacifique pour un changement radical du système. Cette cabale vise vainement à tenter de l’empêcher de prendre part à des initiatives avec le reste de la classe politique de l’opposition pour l’instauration d’un Etat de droit », avait dénoncé le RCD dans un communiqué. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.