Circulation intense du variant BA5 du virus Sars-Cov-2 : Les spécialistes n’écartent pas une recrudescence du nombre d’infections

23/07/2022 mis à jour: 23:05
1651

La pandémie de coronavirus poursuit son rebond dans le monde et l’Algérie enregistre ces derniers jours une hausse du nombre d’infections avec des hospitalisations en soins intensifs. 63 nouveaux cas confirmés ont été enregistrés jeudi dernier. Par ailleurs, trois patients sont actuellement en soins intensifs, précise la même source, relevant que 33 wilayas n’ont recensé aucun nouveau cas. Un premier décès a été néanmoins enregistré hier.

Le ministère de la Santé rappelle, par la même occasion, la nécessité de maintenir la vigilance en respectant les règles d’hygiène, la distanciation physique et le port du masque, ainsi que la vaccination.

Le directeur général des structures de santé et membre du conseil scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie Covid-19, le Pr Lyes Rahal, se dit inquiet du rebond de la pandémie dans le monde et chez nos voisins. «Nous ne sommes pas à l’abri d’une recrudescence du nombre de cas de Covid-19. C’est pourquoi nous devons rester vigilants et je conseille à la population d’aller se faire vacciner», a-t-il déclaré en marge de la rencontre pour l’installation des comités d’orientation et de prise en charge du cancer, de la sclérose en plaque et de l’hémophilie, dans le cadre de partenariat avec le laboratoire Roche. Il signale que les rappels de vaccin sont actuellement importants, car «l’immunité baisse au-delà du neuvième mois de la première dose injectée», a-t-il expliqué, tout en précisant que «le taux de vaccination est à 33%». En plus de la vaccination, il a insisté sur le respect des mesures barrières qui doivent être strictement respectées au vu de l’évolution de la pandémie, qui est inquiétante. Par ailleurs, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a mis en garde, la semaine dernière, contre l’augmentation de l’intensité de circulation du variant BA5.

Ce qui a entraîné une hausse du nombre de cas d’infection.

Dans le cadre de ses missions d’appui à la santé publique, notamment en ce qui concerne la surveillance de la circulation du virus SARS-CoV-2 et de ses différents variants à travers le réseau de séquençage «SeqAlg», l’IPA a informé, dans un communiqué publié sur son site, qu’à la suite de la vague du mois de janvier dernier, due à la circulation du variant Omicron et notamment le sous-variant BA1 puis le sous-variant BA2, un déclin de l’activité virale a été enregistré, ce qui a engendré une accalmie notable au niveau des structures de santé à travers le pays. «Depuis le mois de juin, un nouveau sous-variant d’Omicron, le BA5, a été détecté dans certaines wilayas de notre pays, qui a progressivement remplacé le sous-variant BA2 qui circulait jusque-là», a précisé l’Institut Pasteur d’Algérie. 

Et de souligner que l’augmentation de l’intensité de circulation du BA5 à partir de la semaine du 3 juillet a été corrélée à une légère hausse des cas de Covid-19 au cours de ce mois, tel qu’observé dans les pays où la circulation de ce sous-variant est en cours. L’IPA estime qu’«il n’est pas surprenant de constater une augmentation des cas dans les prochains jours, cela fait partie du cycle d’évolution des virus», tout en expliquant ce qu’est le sous-variant BA5 et quels sont les symptômes les plus fréquents d’infection par ce sous-variant. 

«Le BA5 est donc un sous-variant issu de mutations du variant Omicron, qui semble évolué plus par un mécanisme d’échappement immunitaire. Il présente un taux de transmission plus élevé que ses prédécesseurs.» Les signes cliniques les plus fréquents évoqués en cas d’infection par ce sous-variant, ajoute le même communiqué, sont la fatigue, la toux, la fièvre et les maux de gorge et de tête avec une durée des symptômes plus longue, qui peuvent mettre de 7 jusqu’à 10 jours pour disparaître. 

L’Institut Pasteur d’Algérie avertit que les personnes infectées par les précédents sous-variants d’Omicron (BA1 et BA2) peuvent être contaminées une deuxième fois par le sous-variant BA5, et tient à préciser que «la pandémie est loin d’être terminée, comme on peut le constater par l’apparition d’autres sous-variants, sous étroite surveillance (comme avec le BA.2.75, un descendant du BA2 en Inde)» et rappelle par-là la nécessité de rester vigilants et d’observer les mesures du protocole sanitaire adopté depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer