CHU Dr Benbadis de Constantine : Où va le projet de l’extension du CAC ?

30/08/2023 mis à jour: 22:17
2013
Le taux d’avancement est estimé à 75% - Photo : El Watan

Après le dépôt d’une plainte contre l’entreprise de réalisation, le chantier est à l’arrêt en attendant la désignation d’une autre entreprise.

Dès son retour du congé, le wali de Constantine, Abdelkhalek Sayouda, a tenu une réunion au siège de son cabinet avec le directeur de la santé et de la population de la wilaya (DSP), le directeur par intérim du CHU Dr Benbadis, et celui de la maternité de Sidi Mabrouk. L’ordre du jour était de discuter le taux d’avancement des travaux de certaines structures de soins en construction, avec la nécessité de terminer les réalisations restantes dans les plus brefs délais.

Mais cette notion «des brefs délais» demeure équivoque, en particulier pour certains projets, dont l’extension du centre anti-cancer (CAC) au CHU Dr Banbadis. Lors de notre déplacement sur les lieux, mardi, nous avons constaté que le chantier était complètement désert, où tout est à l’arrêt et aucun avancement considérable n’est à signaler. Aucun employé n’a été observé sur les lieux, mis à part un agent de sécurité du CHU instruit d’interdire l’accès à l’intérieur de l’infrastructure. «L’accès est interdit pour tout le monde, en particulier l’entreprise, le bureau d’études ou le chef du chantier», a déclaré l’agent de sécurité rencontré devant l’entrée principale du centre.

Par ailleurs, nous avons appris d’une source du même établissement que l’entreprise chargée de la réalisation n’a pas respecté ses engagements et elle a été poursuivie en justice par la direction. Pis encore, selon notre source, certains travaux effectués sur place ont été qualifiés de «presque bâclés par les autorités concernées» en particulier les finitions. Le taux d’avancement du projet est estimé aujourd’hui à 75%.

Le chantier s’est retrouvé encore une fois à l’arrêt en attendant une longue procédure pour la désignation d’une autre entreprise, à travers un avis d’appel d’offres puis le choix du moins-disant. «Effectivement la direction du CHU a procédé à la résiliation du contrat et a déposé une plainte contre l’entreprise, il y a environ une dizaine de jours. Mais cela n’empêche pas de relancer le projet. Nous avons établi le cahier des charges qui est actuellement au niveau de la commission des marchés pour approbation. Une fois le dossier visé, nous lançons une procédure pour désigner le moins-disant, ce qui pourra durer un mois ou un peu plus», a déclaré le directeur général du CHU Dr Benbadis, le Pr Ahcène Brania.

Et de poursuivre que les cahiers des charges, pour l’acquisition des équipements pour le bloc opératoire, l’accélérateur et autres ont été déposés également au niveau de la commission pour approbation. «Nous avons tout préparé, car la procédure de faire venir tous ces équipements de l’étranger prend beaucoup de temps et ça ne sera pas fait du jour au lendemain», a précisé notre interlocuteur.

Un projet qui traîne depuis 15 ans

Malheureusement, ce projet peine à voir le jour, devenant un véritable casse-tête pour les autorités. Traînant depuis 15 ans, il a vu défiler 8 walis et pas moins de 6 ministres de la Santé, il s’est transformé aujourd’hui en un rébus enveloppé d’un mystère à l’intérieur d’une énigme. Sachant que plusieurs problèmes sont signalés au niveau du CAC actuel, dont la défaillance des équipements nécessaires pour les soins, à l’instar de la radiothérapie.

«De nombreux patients, surtout ceux des wilayas limitrophes, souffrent à cause du chamboulement de leur programme de radiothérapie. Cette dernière n’existant que dans quelques CHU et tombe souvent en panne. Donc, un patient qui ne fait pas sa radiothérapie pendant 4 ou 5 mois, il rechute. Ce qui est désolant. L’état de santé de ces malades se détériore, retournant au point zéro. Cela, sans oublier le déficit signalé dans certains traitements de chimiothérapie», a regretté une source du CHU.

Et de poursuivre que le service connaît un cumul de rendez-vous suite aux pannes récurrentes des appareils, pénalisant les malades. Une autre source affirme que dans quelques jours, ces appareils tomberont encore une fois en panne. L’extension du CAC, avec les équipements promis, dont l’accélérateur, un scanner et autres, aurait pu atténuer le calvaire des malades. Malheureusement, plusieurs dates ont été avancées pour sa livraison, notamment le 19 mars et le 5 juillet de l’année en cours.

Le taux des travaux avancés au wali lors de sa visite n’a pas avancé d’un iota. Un projet qui a failli provoquer l’ulcère aux autorités, car cette extension du CAC a été annoncée en 2008 pour un budget initial de 400 millions de dinars. Jusqu’à présent, les travaux de l’infrastructure ne sont pas achevés et sa réalisation a consommé plus de 1,160 milliard de dinars. Ce qui signifie trois fois le montant alloué pour l’autorisation de programme de lancement.

Ce projet a été évoqué dans les couloirs de la justice à plusieurs reprises, avant sa reprise le 15 novembre 2022 pour un délai de quatre mois et 15 jours. Le CAC devrait être réceptionné le 13 mars dernier avant que les autorités n’accordent une prolongation à l’entreprise,en vain. Qu’y a-t-il exactement ?                           

Copyright 2024 . All Rights Reserved.