Centre de thermalisme en perdition à Biskra : Une réhabilitation en vue de Hammam Sidi El Hadj

24/07/2022 mis à jour: 22:03
1049
Photo : El Watan

L’investisseur Boudjemaa Ameur, lequel n’a jamais baissé les bras, attend l’aval de la wilaya devant lui délivrer un acte de levée de toutes les mesures conservatoires pour demander un permis de construire et entamer les travaux.

Connu depuis la nuit des temps pour ses effets curatifs et son emplacement idéal au milieu d’une palmeraie, qui en faisait un havre de paix et de rencontres pour les adeptes du thermalisme arrivant de tout le pays, Hammam Sidi El Hadj, situé dans la commune de Loutaya, à 35 km au nord de Biskra, est abandonné et laissé à son triste sort depuis plus de 20 ans.

À cause d’un conflit entre l’exploitant légal et des agriculteurs de la région dénonçant un partage inique des eaux et voyant d’un mauvais œil les activités de ce centre thermal, il est actuellement dans un piteux état.

Le grand bassin à l’air libre, rempli d’une eau sulfurée jaillissant de la terre, est envahi de mousse et de ronces. La piscine et les cabines individuelles réalisées par la commune sont en état de dégradation et le lieu lugubre, car laissé à la merci des serpents, des herbes folles et des dépravés de tous acabits, a visiblement perdu de son charme, a-t-on constaté.

À l’issue de longues procédures judiciaires et après avoir remporté tous ses procès contre ses détracteurs et réussi à amadouer les fellahs en négociant patiemment avec eux pour leur démontrer les avantages et les bénéfices socioéconomiques d’un tel projet et en leur garantissant un partage équitable des eaux, l’investisseur en Boudjemaa Ameur, lequel n’a jamais baissé les bras, est en passe de voir se réaliser son rêve de réhabiliter Hammam Sidi El Hadj.

Il attend juste l’aval de la wilaya devant lui délivrer un acte de levée de toutes les mesures conservatoires pour demander un permis de construire et entamer les travaux de réhabilitation qui redonneront son lustre d’antan à ce joyau du thermalisme à Biskra. «Je suis optimiste. Toutes mes démarches pour redonner vie à Hammam Sidi El Hadj sont en voie d’être concrétisées sur le terrain. Nous allons transformer ce lieu en centre thermal aux normes requises et apporter de l’animation à cette région rongée par le chômage et le manque de perspectives pour les jeunes.

Je tiens à remercier tous mes soutiens, le président de l’APW et le wali de Biskra faisant montre d’un intéressement et d’une disponibilité sans faille pour aider les investisseurs de la wilaya. Désormais, la balle est dans son camp. Dés l’obtention de son feu vert, nous entamerons les travaux d’aménagement nécessaire et il sera, grâce à Dieu, celui qui l’inaugurera pour le bien de toute la commune de Loutaya et de la wilaya de Biskra», a-t-il déclaré.

Un fort potentiel à exploiter

Profitant d’une tournée effectuée la semaine dernière dans la commune de Loutaya afin de s’enquérir de l’avancement des chantiers de construction de groupes et de cantines scolaires et de routes de désenclavement, Abdallah Abinouar, le wali de Biskra a fait un crochet non-inscrit au programme officiel pour constater de visu la situation de Hammam Sidi El Hadj. «Les oppositions à l’exploitation de ce hammam décidées par les pouvoirs publics étaient motivées par le souci de préserver l’ordre public et la cohésion sociale. La situation semble avoir changé. Les bienfaits de la réhabilitation d’une telle infrastructure ne sont plus à démontrer.

En plus des aspects socioéconomiques attendus, il permettra de dégager des emplois directs et secondaires pour les jeunes pouvant offrir de multiples services aux futurs visiteurs et curistes. Il est aberrant qu’un tel atout pour le développement de la région soit dans un tel état. Si toutes les conditions légales sont réunies pour sa résurrection, aucun contradicteur n’aura la latitude de s’y opposer en attentant à l’ordre public.

J’ai requis un rapport complet et détaillé de l’APC sur ce Hammam et ses impacts sur le tissu social, sur l’environnement et sur ses effets et prolongements économiques», a-t-il lancé à des agriculteurs et des jeunes venus à sa rencontre pour solliciter des projets pour leur bourgade enclavée entre Sebaa M’Gataa et la Fontaine des gazelles (Bordj Rose) laquelle pourrait connaître un essor certain à la faveur du projet de rénovation de Hammam Sidi El Hadj.

Une entreprise a enfin été mise sur de bons rails à en croire les supputations et les spéculations émanant des observateurs locaux espérant que l’affaire dite de Hammam Sidi El Hadj prenne fin pour venir enrichir le secteur thermal local de cette unité ayant connu ses heures de gloire et qui a encore un fort potentiel pour reprendre ses activités d’antan au grand bonheur des férus de bains curatifs et des cures thermales.   

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer