Célébration de la Journée internationale des langues et des langues des signes : Inauguration du Centre intensif d’enseignement de Beni Messous

28/09/2023 mis à jour: 18:47
1374
Photo : D. R.

Outre l’ouverture du centre, il a été procédé au lancement d’une caravane de sensibilisation, sous le slogan «Tu veux mon sourire... apprends ma langue des signes.

Une cérémonie a été organisée, lundi, à Alger, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des langues des signes, avec l’inauguration du Centre intensif d’enseignement des langues et des langues des signes et le lancement d’une caravane de sensibilisation, sous le slogan «Tu veux mon sourire... apprends ma langue des signes».

La cérémonie de la célébration de la Journée internationale des langues des signes, coïncidant avec le 23 septembre, a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, et la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouter Krikou, et ce au niveau de l’Ecole supérieure nationale des enseignants de sourds-muets de Beni Messous.

A cette occasion, M. Baddari a affirmé que l’organisation de cette initiative s’inscrit dans le cadre «des démarches de l’Etat à concrétiser le principe d’égalité des chances dans l’enseignement et permettre à la catégorie des personnes aux besoins spécifiques une insertion sociale, en assurant un encadrement humain spécialisé qui les accompagne dans l’instruction scientifique».

Le ministre a, en outre, souligné que la dotation de l’Ecole supérieure nationale des enseignants de sourds-muets par le Centre intensif d’enseignement des langues et de la langue des signes, se veut «un nouveau jalon qui devra promouvoir la formation supérieure spécialisée dans l’enseignement de la catégorie des sourds-muets et en concrétisation du principe de la justice sociale pour laquelle a plaidé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune».

Selon le ministre, la caravane de sensibilisation pour l’apprentissage de la langue des signes, organisée sous le slogan «Tu veux mon sourire... apprends ma langue de signes», sillonnera différentes rues de la capitale et certains établissements d’enseignement et hospitaliers, et ce en vue de sensibiliser à l’importance de l’apprentissage de la langue des signes et relever la conscience de la société en la matière.

Pour sa part, Mme Krikou a mis en avant que «l’intérêt accordé au renforcement des mécanismes d’intégration des personnes aux besoins spécifiques constitue une valeur ajoutée aux programmes globaux d’intégration de ces personnes, conformément à une approche sectorielle conjointe visant à réaliser les principes stipulés dans les dispositions de la Constitution et des lois pertinentes».

A cette occasion, elle a souligné que le secteur de la Solidarité nationale veille, en coordination avec les secteurs concernés, notamment l’Education nationale, l’Enseignement supérieur et la Formation et l’Enseignement professionnels, à garantir l’égalité des chances en matière d’éducation et d’enseignement pour tous les enfants aux besoins spécifiques à partir de la petite enfance au sein de tous les établissements d’éducation et d’enseignement relevant du secteur de la Solidarité nationale.

Elle a rappelé que son département ministériel comprend un réseau d’établissements spécialisés, «composé de 239 établissements spécialisés répartis sur le territoire national, 17 annexes et 1 194 classes spéciales en vue de prendre en charge plus de 30 000 enfants, atteints de différents handicaps, durant l’année scolaire en cours».

Dans le  même contexte, la ministre a fait savoir que le secteur «a assuré un personnel pédagogique, éducatif et administratif, comprenant plus de 15 000 encadreurs, en sus de la mobilisation d’équipements et moyens spécialisés, outre les opérations de solidarité à même de renforcer les liens de cohésion nationale et ancrer le principe d’égalité des chances».

Mme Krikou a salué la décision du président Tebboune portant création de l’Ecole nationale supérieure des enseignants des sourds-muets, qui constitue, selon la ministre, «un édifice scientifique unique dans sa spécialisation et riche dans son contenu, car elle améliorera les capacités et les qualifications de nos enfants malentendants». Inaugurée l’année dernière, l’Ecole nationale supérieure des enseignants de sourds-muets compte actuellement 912 enseignants qui suivent une formation encadrée par 
46 enseignants dans 15 spécialités scientifiques.  


 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.