Bouira : Première édition des Journées cinématographiques de «Cinéma, mémoire»

21/02/2024 mis à jour: 16:07
1771
Une des scènes du film Iâadam Exécution) de Youcef Mahsas

L’association culturelle Thilelli de la comme d’El Adjiba, à l’est de Bouira, a organisé, du 17 au 19 du mois, 
des Journées cinématographiques à l’occasion de la journée nationale du chahid. 

L’ensemble des activités a eu lieu au niveau de la salle de cinéma Salah Boukrif du chef-lieu de la daïra de M’Chedallah. La comédienne et interprète Aida Kechoud, fille de Bouira, était l’invitée d’honneur de cette première édition. «Cette évènement est le fruit d’une collaboration entre notre association et la direction de la culture de la wilaya, ainsi que l’APC de M’Chedallah. 

Tous les moyens ont été mis à notre disposition afin de réussir ces festivités cinématographiques», a déclaré Zahir Bouizri, chargée de l’information et de la communication de l’évènement. Avec plein d’émotion, la grande actrice Aida Kechoud a exprimé sa gratitude envers les organisateurs qui ont pensé à l’inviter à la terre qui a vu naître son père, le martyr Yahiaoui Salah. «Jusqu’à aujourd’hui, nous ne connaissons pas la tombe de mon père, chahid. 

C’est un honneur pour moi de venir jusqu’ici, à sa terre natale», a-t-elle déclaré les larmes aux yeux lors de la journée inaugurale.  

En outre, le public était au rendez-vous lors de la projection de deux nouveaux films révolutionnaires, Dhikrayat Damawiya (Souvenirs sanglants) du réalisateur Mourad Bouamrane et Iâadam (Exécution) de Youcef Mahsas. 

Le premier film est basé sur des faits réels qui se sont déroulés lors de la guerre de Libération au village Agouni, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Quant au second, il retrace l’histoire du village Taddart Lejdid Iwaquren qui avait subi la barbarie de l’armée coloniale française, à cause du soutien de ses habitants aux combattants de l’ALN. 

Le tournage du film a été réalisé dans le même village, sur les hauteurs de la commune de Saharidj, à l’est de Bouira. La deuxième partie de ces journées cinématographiques a été consacrée à la formation. 

Des ateliers ont été organisés autour de l’écriture de scénarios, le maquillage de cinéma et les effets spéciaux : «Nous avons reçu plusieurs candidats. Les encadreurs de haut niveau ont assuré l’animation de ces ateliers, à l’instar de Hocine Toufik Djaafri, MetahriOuahid», indique notre interlocuteur. 

Hier, lors de la clôture, des prix ont été remis à tous les participants. Les organisateurs pensent d’ores et déjà à une deuxième édition des journées cinématographiques pour l’année prochaine.  
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.