Biskra : Les délestages sont proscrits en période estivale

06/06/2022 mis à jour: 11:26
2102

Les responsables de la Sadeg ont été appelés à réaliser les opérations de maintenance du réseau de distribution de l’électricité en dehors de la période estivale durant laquelle la consommation en énergie électrique connaît des pics attendus.

Le wali de Biskra, Abdallah Abinouar, s’est rendu récemment dans la daira d’Ourlal incluant la commune éponyme, Mekhadma, M’lili et Oumache, où il a donné le coup d’envoi de l’exploitation d’un poste 60/30 KV devant alimenter en courant électrique des centaines d’habitants et de fellahs de cette région à vocation agropastorale.

À cette occasion, il a exhorté les responsables locaux de la Sadeg à proscrire les délestages intempestifs et à veiller à réaliser les opérations de maintenance du réseau de distribution de l’électricité en dehors de la période estivale durant laquelle la consommation en énergie électrique connait des pics attendus. «L’État a investi des milliards de dinars pour répondre aux besoins des clients de la Sadeg.

La disponibilité de cette énergie nécessaire au confort des ménages et des professionnels de l’agriculture et de l’industrie est au cœur du travail des autorités locales de la wilaya de Biskra connue pour être énergivore du fait de l’intensité des activités multisectorielles et des températures extrêmes y régnant en juin, juillet et août et donc aucun délestage ne sera toléré sauf en cas de force majeure imposée par un accident ou des conditions climatiques non favorables», a-t-il lancé à l’endroit des responsables de la Sadeg.

«Le poste de transformation électrique visité aujourd’hui et dont les travaux de réalisation remontent à 2015 alimente les communes de la daïra d’Ourlal, mais aussi Bouchagroune, Sehira, Lioua et Tolga afin de faire face aux impératifs de développement de cette région phoenicicoles notamment dans le périmètre d’excellence agricole d’Essergue accueillant des milliers de fellahs et leurs familles. Aucune protestation ou désordre public ne doit marquer cet été», a-t-il ajouté.

Pour sa part, la Sadeg ne lésine pas sur les moyens pour satisfaire ses clients de plus en plus nombreux, a-t-on appris à l’issue d’un exposé complet de ses investissements et ses interventions sur le terrain.

Outre ce poste, le premier responsable de l’exécutif de la wilaya de Biskra, accompagné de Toumi Guerbaz, président de l’APW et des directeurs exécutifs des secteurs de l’énergie, de l’urbanisme, de l’hydraulique et de la jeunesse et des sports a inauguré une piscine à Ourlal qui devrait être mise à la disposition des enfants dans quelques jours, inspecté les travaux de construction d’un pont sur l’oued Jdaï, s’est enquis du taux d’avancement des travaux de dédoublement de la RN3 ouvrant la voie vers le grand sud du pays.

La délégation s’est aussi arrêtée en plusieurs points pour mettre en service de nouveaux postes intermédiaires et disjoncteurs afin d’alimenter divers exploitations agricoles et hameaux en courant électrique.

Un éventail de souffrances endémiques

Des fellahs n’ont pas manqué l’occasion de la présence du wali dans la région pour exprimer leur satisfaction «suscitée par les efforts, les progrès et les réalisations louables des autorités locales», ont-ils souligné. Ils ont aussi mis en exergue un éventail «de souffrances endémiques et des revendications pendantes depuis des années» freinant l’essor de la région et l’amélioration du cadre de vie des habitants, a-t-on relevé.

Un jeune homme a résumé celles-ci en six points, concernant la difficulté pour les authentiques exploitants agricoles d’obtenir des documents administratifs de propriété et de jouissance lesquels sont requis pour avoir un prêt bancaire ou des aides financières publiques, aux indus-occupants des terre agricoles et spéculateurs vendant et achetant des terres à leurs grés, à la non-viabilisation des lots de terrains destinés aux autoconstructeurs de logements, à la zone d’activités industrielles de Ourlal inactive dont les parcelles portent des panneaux «Parc à louer», à la station de traitement et d’épuration des eaux usées programmée, mais non réalisée et dont l’absence à des répercussions catastrophiques sur l’environnement puisque cette immense plaine au sud de Biskra reçoit les eaux nauséabondes et pestilentielles de plusieurs communes de la wilaya, au manque d’eau d’irrigation et aux autorisations de forer des puits délivrées avec parcimonie et au défaut de routes de désenclavement d’immenses périmètres agricoles où les enfants des fellahs ont besoin de transport scolaire, d’écoles, de dispensaire et de stades de proximité.

C’est dire l’ampleur des besoins de cette population attachée à la terre et à son mode de vie ancestral. «Nous avons constitué des commissions qui étudient tous ces dossiers soulevés par les citoyens afin de leur trouver des réponses et des résolutions en fonction des possibilités et des moyens.

Il y a une accumulation de dysfonctionnements et de retards dans la réalisation des projets, mais avec la conjugaison des efforts de tous, la wilaya œuvre pour offrir des conditions de vie sociale, scolaire et professionnelle de bonne qualité. Nous faudrait-il l’épée d’El Hadjadj pour résoudre tous nos problèmes que nous n’hésiterions pas à y recourir et identifier et mettre de cotés les gens malveillants, les spéculateurs et les mauvais gestionnaires. Il y a des revendications légitimes ne dépendant pas de la wilaya, mais d’instances nationales auxquelles il faut s’adresser», a rétorqué le wali de Biskra.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.