Biskra : La banqueroute guette de nombreuses entreprises

31/03/2022 mis à jour: 20:38
489
Photo : D. R.

Réunis mardi dernier au complexe thermal Sidi Yahia pour une séance consultative, des membres du bureau local de l’Union nationale du patronat et des entrepreneurs (UNPE) de la wilaya de Biskra ont mis en avant une pléiade de difficultés et d’obstacles entravant le bon fonctionnement de leurs entreprises et les mettant au bord de la banqueroute.

Beaucoup d’intervenants se plaignent de l’augmentation fulgurante des prix des matériaux de construction «obérant sérieusement la réalisation des projets», des mauvais rapports qu’ils entretiennent avec les administrations concernées «les prenant de haut avec aucun respect ni considération» et de la sourde oreille des décideurs locaux et des autorités nationales «faisant preuve d’une nonchalance face à une profonde crise économique», selon eux.

«Cette rencontre a pour objectif la concertation et l’étude de la situation économique des entreprises et celle des marchés à Biskra. De nombreuses entreprises sont étouffées et risquent de fermer.

Nous souhaitons une intervention des autorités locales et nationales pour la révision des cahiers des charges avec un réajustement des indices de chaque section des projets afin de sauver quelque 300 entreprises employant des centaines de travailleurs dont les charges salariales ont aussi connu des majorations conséquentes», a souligné Hadj Defdef, Président de cette organisation professionnelle.

«Aucune entreprise ne peut survivre dans de telles conditions ni continuer à œuvrer à perte. Nous sommes des partenaires de l’administration et nous n’avons aucun intérêt à ce que nos entreprises soient dissoutes ou paralysées à cause principalement de la flambée des prix des matériaux de construction qui peuvent quadrupler voire se multiplier par 10 quelques jours», a-t-il précisé.

«La wilaya de Biskra est un pôle de développement important qui recèle des producteurs, des industriels et des entreprises performantes spécialisées en réalisation de travaux publics et de cités d’habitation, en production agricole, dans le secteur du tourisme et dans l’entrepreneuriat féminin, mais la menace d’une dissolution les guette si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Les coûts de production sont devenus astronomiques. Les entreprises ne pourront jamais tenir face à cette situation. Celles qui ont soumissionné et remporté récemment des offres d’appel sont dans la panade», a ajouté Allaoua Betayeb.

«Il est actuellement impossible de respecter les délais de réalisation, de satisfaire le personnel et de répondre aux termes de nos contrats. Nous souhaitons un gel des chantiers et des projets jusqu’à ce que le marché soit débarrassé des spéculateurs et des intermédiaires et que les prix se stabilisent à des taux convenables et rationnels», a plaidé Bouazziz Zeribi.

À noter que des responsables de bureaux d’études urbanistiques et d’architecture ont pris part à cette rencontre. Ils ont eux aussi dénoncé la dégradation de leur activité et joint leurs voix à celles des entrepreneurs attendant une embellie économique.

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer