Bab Ezzouar : Sidi M’hamed ou le règne de l’anarchie

29/05/2022 mis à jour: 08:16
2093

L’activité commerciale au lotissement Sidi M’hamed dans la commune de Bab Ezzouar a grandement altéré le cadre de vie des habitants, dénoncent ces derniers. 

Situé entre une zone d’activités et un pôle d’habitations, ce quartier est l’archétype de la débandade urbaine. La cohabitation entre commerces d’alimentation générale, ateliers de carrosserie, restaurants et garages de mécanique est telle que le lotissement prend des allures de bidonville. 

Sur une centaine de mètres de route difficilement carrossable à cause du nombre impressionnant de dos-d’âne, se juxtaposent des activités pêle-mêle. On pourrait, à titre indicatif, trouver sur un même trottoir et côte à côte un restaurant et un atelier de tôlerie. «qui a autorisé cette mascarade ?» fulmine un habitant du quartier et d’expliquer : «A une certaines époque, les autorisations pour l’exercice d’activités en milieu urbain étaient attribuées sans aucune forme de contrôle ou d’enquête commodo incommodo entreprise en amont. En conséquence, notre quartier s’est mû depuis en un vaste espace où l’anarchie règne en maître. 

Comment peut-on tolérer l’ouverture d’un restaurant mitoyen à un atelier de carrosserie. C’est inadmissible, d’autant plus qu’il s’agit de préserver la santé des consommateurs», fulmine un citoyen. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.