Avi Shlaim. Historien britannique et professeur en relations internationales à Oxford : «Ce qui se passe à Ghaza est la manifestation du terrorisme d’Etat israélien» (2e partie et fin)

16/05/2024 mis à jour: 22:33
2082
Photo : D. R.

Entretien réalisé par Rima Rouibi (*)

  • Diviser pour régner a toujours été le mode opératoire des occupants. Mais pourquoi les Israéliens persistent-ils à imposer toute une batterie de mesures inhumaines pour punir collectivement les Palestiniens ?

Israël a répondu à la décision du Hamas en déclarant la bande de Ghaza «territoire hostile». Il a également adopté une série de mesures sociales, économiques et militaires destinées à isoler et affaiblir le Hamas. La plus importante de ces mesures a été l’imposition d’un blocus. L’objectif déclaré du blocus était d’arrêter le transfert d’armes et d’équipements militaires au Hamas, mais il limitait également le flux de nourriture, de carburant et de fournitures médicales vers la population civile. Un sénateur américain a été indigné de découvrir que les pâtes figuraient sur la liste des produits interdits.

Le boycott s’appliquait non seulement aux importations mais, de manière perverse, également à certaines exportations de Ghaza. Pourquoi empêcher l’exportation de produits agricoles, de poissons et d’autres biens non mortels ? Il est difficile d’éviter de conclure que le motif caché était de paralyser l’économie de Ghaza et d’infliger la pauvreté, la misère et le chômage à ses habitants.

Dans ses aspects non militaires, le blocus constituait une forme de punition collective clairement proscrite par le droit international. Compte tenu de l’ampleur des souffrances infligées par le blocus aux habitants de la bande de Ghaza, si Israël était une personne, il pourrait être considéré comme coupable d’«indifférence dépravée», un concept du droit américain (son équivalent dans le droit commun anglais est «cœur dépravé») qui fait référence à une conduite si gratuite, si insensée, si immorale, si peu respectueuse de la vie d’autrui et si répréhensible qu’elle justifie une responsabilité pénale.

Le bombardement israélien de Ghaza depuis le 7 octobre peut sans doute être qualifié d’«indifférence dépravée» en raison des souffrances indescriptibles qu’il inflige aux civils. Alors que le principal ennemi est le Hamas, Israël continue de cibler les infrastructures civiles, les immeubles résidentiels, les écoles, les mosquées, les hôpitaux, les ambulances et les dépôts alimentaires de l’UNRWA.

Fin novembre, le bilan s’élevait à plus de 15 000 morts et plus de 30 000 blessés, soit plus que le total des agressions militaires précédentes réunies. Aujourd’hui, à la mi-mai, le bilan s’élève à près de 35 000 morts et quelque 79 000 blessés. On estime que la majorité des morts sont des enfants et des femmes. Le massacre de civils à une telle échelle industrielle pourrait bien avoir amené Israël au bord de commettre un génocide, «le crime de tous les crimes».

  • Justement, la Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné en janvier 2024 qu’Israël prenne immédiatement des mesures pour garantir que son armée ne viole pas la Convention sur le génocide. Pourquoi le gouvernement israélien s’obstine à poursuivre ses crimes et faire fi de l’arrêt de la CIJ et des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ?

Il y a un autre aspect de cette campagne qui n’était pas présent dans les précédentes : le danger de nettoyage ethnique. Lors de campagnes précédentes, Israël a causé la mort et la destruction aux habitants de Ghaza, mais les a maintenus enfermés dans l’enclave, leur permettant «généreusement» de rester dans leurs maisons.

Cette fois, Israël a ordonné aux habitants de la partie nord de Ghaza, soit près de la moitié de la population totale, de se déplacer vers la partie sud de l’enclave. Certains de ceux qui ont obéi à l’ordre ont ensuite été tués dans les frappes aériennes israéliennes. Alors que l’offensive militaire israélienne avançait vers le sud de Ghaza, les réfugiés ont reçu l’ordre de quitter la zone vers laquelle ils avaient fui. Cela équivaut à un transfert forcé de civils : un crime de guerre.

Le résultat est que nulle part à Ghaza n’est sûr. Poussant les lois de la guerre au-delà de toute crédulité, Israël affirme que les civils qui désobéissent à ses ordres et restent confinés chez eux dans le nord deviennent des cibles militaires légitimes. En outre, Israël semble travailler sur un plan visant à transférer définitivement les personnes de Ghaza vers le nord du Sinaï.

Dans un document divulgué le 13 octobre, le ministère israélien du Renseignement a rédigé une proposition visant le transfert de l’ensemble de la population de Ghaza vers la péninsule égyptienne du Sinaï. Le gouvernement égyptien a exprimé sa ferme objection au projet ainsi que sa détermination à maintenir le passage de Rafah hermétiquement fermé – en dehors de permettre l’arrivée d’une certaine aide à Ghaza pendant le cessez-le-feu.

Mais les pressions combinées des bombardements massifs de l’armée israélienne et de son siège de style médiéval sur Ghaza pourraient entraîner une avalanche humaine de l’autre côté de la frontière. Une chose est sûre : les civils qui quitteront Ghaza ne seront pas autorisés à rentrer chez eux. Plus de la moitié des maisons de Ghaza ont déjà été détruites ou endommagées lors des bombardements israéliens aveugles. Ainsi, près de la moitié de la population n’a pas de logement où retourner. Il n’est pas étonnant que le sombre héritage de 1948 hante la communauté palestinienne.

  • Selon vous, quel est le scénario le plus plausible pour le jour d’après à Ghaza, après la fin de l’agression israélienne ?

Alors que le martyre de plus de deux millions de civils palestiniens innocents se poursuit, une question plus importante se pose : qui dirigera ce qui reste de la bande de Ghaza après le silence des armes ? Netanyahu a déclaré qu’il souhaitait que l’armée israélienne garde indéfiniment le contrôle de sécurité de la bande de Ghaza, mais personne à Israël ne veut à nouveau assumer toutes les responsabilités d’une puissance occupante.

Pendant ce temps, sa propre emprise sur le pouvoir dans son pays s’affaiblit. Il fait face à une forte opposition populaire pour son échec à empêcher l’attaque du Hamas et, plus généralement, pour avoir fait d’Israël l’endroit le plus dangereux au monde pour les juifs.

Il est également impliqué dans un procès pour corruption pour des accusations – qu’il nie toutes – notamment pour fraude, abus de confiance du public et acceptation de pots-de-vin. Politiquement parlant, c’est un homme mort qui marche.

Ses jours au pouvoir sont comptés, et il risque de finir en prison, mais il est toujours Premier ministre, et son objectif clairement déclaré est d’éradiquer le Hamas et de l’empêcher de revenir au pouvoir. Alors, qui gouvernera la bande de Ghaza après le départ de l’armée israélienne ?

Les premiers signes suggèrent que les Américains et le responsable des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, sont favorables au retour de l’Autorité palestinienne à Ghaza. C’est une proposition totalement absurde. Le problème n’est pas le Hamas – qui a été créé qu’en 1987 – mais l’occupation israélienne des territoires palestiniens.

En bloquant la voie à un changement politique pacifique, Israël et ses partisans occidentaux sont en grande partie responsables de cette régression vers des positions fondamentalistes. Le Hamas n’est peut-être pas à leur goût, mais il bénéficie toujours d’un large soutien populaire. Si des élections avaient lieu aujourd’hui, le Hamas battrait à nouveau son rival du Fatah.Et qu’en est-il de l’Autorité palestinienne dirigée par le Fatah ? Elle reçoit des financements de l’UE et, dans une moindre mesure, des Etats-Unis, essentiellement pour servir de sous-traitant à la sécurité israélienne dans la région.

Elle s’est montré totalement incapable de résister à l’expansion des colonies israéliennes, à l’escalade de la violence des colons, à la prise de contrôle lente mais régulière de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est et à l’empiétement flagrant des sionistes religieux fanatiques sur les lieux saints musulmans de Jérusalem. 

L’idée selon laquelle cette Autorité palestinienne peut être imposée au peuple fier et qui souffre depuis longtemps de Ghaza à l’aide de chars israéliens est complètement déconnectée de la réalité. Mais c’est quelque peu intéressant, dans la mesure où il révèle la faillite morale et politique des gens qui l’adoptent. Il n’appartient pas à Israël ou à ses partisans impérialistes de dire au peuple de Ghaza qui doit le gouverner.

Si les événements des dernières semaines ont démontré quelque chose, c’est que le vieux récit selon lequel Israël a le droit et le devoir de se défendre contre le Hamas, quel que soit le coût humain et civil, ne peut plus être maintenu.

Ce qui se passe aujourd’hui à Ghaza est la cruelle manifestation du terrorisme d’Etat israélien. Le terrorisme est le recours à la force contre des civils à des fins politiques. La casquette lui convient et Israël doit la porter. Les politiciens et généraux israéliens qui orchestrent les attaques criminelles contre la population de Ghaza ne valent rien de mieux que de la racaille.

  • Un dernier mot…

Cette guerre effroyable a révélé l’hypocrisie impitoyable des dirigeants occidentaux, leur double standard flagrant, leur indifférence à l’égard des droits des Palestiniens et leur complicité dans les crimes de guerre d’Israël. Israël est un Etat colonial agressif et de plus en plus un Etat suprémaciste juif déterminé à maintenir les Palestiniens dans un état permanent de subordination. Tant qu’Israël bénéficiera du soutien occidental, il continuera à agir unilatéralement en violation du droit international, en violation d’une série de résolutions de l’ONU et au mépris des normes les plus fondamentales d’un comportement international civilisé.

Il ne s’agit pas d’un conflit entre deux camps égaux mais entre une puissance occupante et une population asservie. Et il n’existe absolument aucune solution militaire à ce conflit. Israël ne peut pas avoir de sécurité sans paix avec ses voisins. Un compromis politique négocié, comme en Irlande du Nord, est la seule voie à suivre. Ce règlement a nécessité une intervention extérieure, tout comme celui-ci.

Ici, cependant, les Etats-Unis ne peuvent pas servir d’intermédiaire unique, car leur parti pris prononcé en faveur d’Israël le rendrait malhonnête. Depuis 1967, ils se sont arrogé le monopole du processus de paix israélo-palestinien, mais n’ont pas réussi à faire pression sur Israël pour qu’il fasse un compromis.

Ce qu’il faut maintenant, c’est une nouvelle coalition internationale dirigée par l’ONU, qui comprendrait les Etats-Unis et l’UE, mais aussi les Etats arabes et les pays du Sud. Les priorités d’une telle coalition seraient l’aide humanitaire, la reconstruction et un plan politique à long terme incluant un Etat palestinien indépendant dans la bande de Ghaza et en Cisjordanie avec une capitale à Jérusalem-Est.

Un tel plan est éminemment pratique. Tout ce qu’il faudrait pour comprendre, c’est qu’Israël abandonne ses ambitions coloniales et suprémacistes juives, que l’Amérique mette fin à son soutien inconditionnel à Israël, que l’UE passe du statut de payeur à celui d’acteur actif, que les Nations unies surmontent l’impuissance qu’ils se sont imposée. R. R.

(*) Enseignante à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information d’Alger ((ENSJSI)

Copyright 2024 . All Rights Reserved.