Association handisport Cirta club de Constantine : Des sportifs qui continuent de défier tous les handicaps

20/03/2022 mis à jour: 08:25
824
La volonté à elle seule ne suffit pas

Le seul club sportif de basket-ball en fauteuils roulants, le Handisport Cirta Club (HCC), représentant la wilaya de Constantine au sein de l’élite nationale, continue de se battre pour se maintenir en vie contre vents et marais, parvenant à réaliser des résultats qui relèvent du miracle. 
 

Pourtant, son histoire mérite bien d’être révélée, au vu des énormes sacrifices consentis par les membres fondateurs de ce club, qui faisait la fierté de la wilaya dans les compétitions nationales, durant les années 1980-1990, avant sa disparition, puis sera «ressuscité» en 2008, grâce aux hommes de bonne volonté. «Nous évoluons en nationale I qui compte dix équipes dont la notre, deux équipes d’Alger (El Harrach, El Hamadia), Boufarik 1 et 2 , Bordj Bou Arréridj, Béjaia, El Eulma, M’sila et Boussaâda ; toutes ces équipes sont mieux dotées que nous en matière de fauteuils roulants ; car nous continuons à jouer avec des fauteuils vieux de plusieurs années et ne sont plus adaptés ; ce qui explique les difficultés que nous rencontrons lors des matchs, car il n’est plus possible de jouer encore avec des fauteuils aussi lourds que nous ne cessons de réparer et de colmater avec notre propre argent ; nous faisons face à ce handicap faute de sponsor qui puisse prendre en charge notre matériel contrairement aux autres équipes concurrentes», nous explique Toufik Boudechicha, joueur du HCC. «Il est très pénible pour nous de jouer sur ces fauteuils ; cela nous demande des efforts énormes, ce qui nous cause même des blessures», précise Nouredine Becila, un autre joueur. La subvention allouée à l’équipe par la DJS n’est plus suffisante.

 «Contrairement à d’autres associations mieux financées, le club continue de fonctionner avec 160 millions de centimes alloués au titre des années 2019 et 2020, qu’il gère pour couvrir les frais de déplacement et d’hébergement et de restauration, alors qu’on attend la subvention de 2021 ; le club se débrouille toujours pour avoir un bus ; les joueurs se contentent d’une nuitée dans une auberge et de casse-croutes pour la restauration», poursuivent d’autres joueurs. «Le club a toujours honoré la wilaya malgré ses faibles moyens, mais personne n’est venu à son aide, bien que les joueurs sont en majorité des chômeurs ; ils viennent pour les entrainements dans la salle du Mansourah à Constantine avec leurs propres moyens ; certains habitent à Téleghma, Ain S’mara, Ali Mendjeli, et même à El Khroub et El Haria», a affirmé Brahim Serrar, un des membres fondateurs du HCC. «Malgré toutes ces difficultés, le HCC a toujours été redouté par les autres formations, mais après tout cela les problèmes finiront par nous avoir à l’usure, surtout que nous comptons assurer la relève des anciens joueurs, alors que les jeunes qui veulent rejoindre le club finiront par abandonner faute de moyens», a-t-il ajouté. 
 

Les joueurs du HCC que nous avons rencontré à l’occasion de la journée nationale des personnes aux besoins spécifiques ne manquent pas de volonté, en dépit de tout. 
 

Ils lancent un appel aux autorités et à tous ceux qui peuvent aider le HCC dans sa mission pour préserver cette discipline à Constantine et promouvoir le sport pour handicapés. Il s’agit de montrer du concret et ne pas se contenter des discours du 3 décembre et du 14 mars de chaque année. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.