Après trois ans d’absence : Belles retrouvailles de Lounis Aït Menguellet avec son public à l’Opéra

20/04/2022 mis à jour: 00:03
3732
Photo : D. R.

Sans aucune surprise, la salle de l’Opéra d’Alger était dans la soirée de lundi dernier pleine à craquer à l’occasion du concert animé par le chanteur Lounis Aït Menguellet. Un concert événement après une longue absence.

Le gala s’est déroulé à guichets fermé. Tous les billets, vendus à 3000 Da étaient écoulés depuis déjà une semaine. Le public, dans une bonne organisation était là, à admirer et prendre encore une partie de plaisir.

C’est le troisième concert du poète depuis le début du ramadan, après celui animé à Akbou et la salle Atlas à Alger. Face à un public admirateur et une ministre de la Culture qui n’a quitté la salle qu’à la dernière minute du spectacle, le chanteur n’a pas dérogé à la règle ni à son protocole habituel. A peine il souhaite la bienvenue au public en quelques mots, il promet un retour en force sur scène après prés de trois ans d’absence imposée par la pandémie de la Covid -19.

Avec un orchestre de sept musiciens dont son fils Djaafar et l’incontournable Saïd Ghozli au bendir, le poète était très à l’aise selon sa coutume, mais il s’est excusé à deux reprises des quelques refrains oubliés. Les même d’ailleurs oubliés lors de son concert donné à la salle Atlas le samedi dernier. «C’est l’effet des trois ans sans spectacles ! Et on commence à vieillir», s’adresse-t-il à son public.

Ce dernier ne déroge non plus pas à la règle reprenant en chœur ses paroles et aussi sous des applaudissements. Une relation public-chanteur fusionnelle et parfois magique. Vingt chansons dans son riche répertoire musical étaient interprétées, notamment les anciens titres qui ont marqué des générations comme Idurar, Almusiw, Theltiyem Dhi laamriw, Aghyer lhudj Anechdh-ah, JSK, Savragh mazal et Achaalthagh Thafath.

Surfant entre les chansons d’une connotation politiques, comme Asseni Idiv-dha umenugh et celle d’amour, il fait au passage un clin d’œil aux Algériens établis à l’étranger à travers la chanson Adnughal (on reviendra).

Le chanteur a aussi rendu hommage aux femmes avec la chanson Thamatuth, et à ce seul moment qu’il prend la parole pour la dédier aux femmes présentes. Trois heures de bonheur, de plaisir, de rythme et aussi de partage.

Comme la tradition le veut, le chanteur signe la fin de son spectacle avec la chanson Kkettche-ni ruh nekki adhe-qqi-megh (Toi pars et moi je reste). Il promet de prochaines retrouvailles à son fidèle public...

Les soirées de l’Opéra d’Alger continuent avec un nouveau spectacle ce soir avec Hassiba Amrouche, et demain avec Hassna El Bacharia, la rocheuse du désert. Le vendredi c’est dédié aux amateurs de chaabi avec Abdelkader Chaou et Faiz Guemati. Samedi, c’est le tour de Samir Toumi et Lamia Aït Amara de retrouver leur public. Et puis des soirées malouf et melhoun sont programmées dimanche et lundi prochains.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer