Annulation de la présentation d’un test anti-Covid

17/02/2022 mis à jour: 04:48
3075
Une mesure annulée une semaine après sa mise en place / Photo : D. R.

Une semaine après son inclusion dans le protocole sanitaire relatif au concours d’accès au doctorat 2022, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) vient d’annuler cette mesure, vraisemblablement sous l’insistance des parties concernées.

Abdelbaki Benziane a annoncé lundi, à l’issue d’une réunion avec les partenaires sociaux dont les syndicats du corps enseignant, du personnel et les organisations estudiantines, l’annulation de l’obligation de présenter un test anti-Covid pour les candidats au concours d’accès à la formation du 3e cycle.

«Il a été décidé l’annulation de la présentation d’un test anti-Covid à condition de respecter strictement le protocole sanitaire par le biais de la prise de température des candidats avant l’accès aux salles d’examens, le port du masque pendant la durée des épreuves ainsi que la mise en quarantaine des cas suspects dans des salles spéciales», est-il indiqué. Dans une note adressée aux responsables du secteur le 30 janvier et réitérée le 7 février, le MESRS a fait état de l’obligation de la présentation d’un test anti-Covid pour les milliers d’étudiants éligibles audit concours.

Ces derniers avaient le choix entre une RT-PCR de moins de 72 h ou un test antigénique de 24h. Ce qui a suscité l’ire des concernés, estimant la mesure excessive et contraignante à plus d’un titre, notam-ment sur le plan financier. Car, faut-il le rappeler, les tests PCR ou antigéniques ne sont ni gratuits ni remboursables par la Caisse de la sécurité sociale. Les futurs doctorants devront ainsi débourser entre 8000 et 8500 DA pour le premier test, et entre 2000 et 2500 DA pour le second.

Certains laboratoires d’analyses médicales privés ont proposé d’effectuer des dépistages à titre gracieux, mais uniquement aux étudiants en médecine (résidanat).

Pour leur part, les organisations estudiantines sont montées au créneau en interpellant le ministre de tutelle à l’annulation de cette disposition. Elles ont plaidé pour l’application stricte du protocole sanitaire, ainsi que le renforcement des mesures préventives pour protéger des risques de contamination les postulants et le personnel encadrant. Autre crainte, celle liée à la positivité du test de dépistage.

S’agissant des candidats révélés positifs au virus Sars-CoV-2, la tutelle a toujours écarté toute exclusion. Selon le premier responsable du secteur, ils seront pris en charge et passeront les épreuves dans des conditions particulières.

L’organisation du concours d’accès à la formation du 3e cycle est prévue dans la période allant du 20 février au 20 mars 2022. Après l’étude de 32 819 recours, la liste finale comporte 642 031 candidats, qui se disputeront 5666 postes pédagogiques.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a instruit l’ensemble des recteurs et responsables des 52 universités, 23 écoles et 7 centres universitaires habilités à l’organisation du concours à l’effet «de veiller à l’instauration des protocoles sanitaires en retenant trois critères, à savoir la santé, la transparence et l’équité». Et de laisser aux facultés, selon la même source, «la latitude de la programmation des épreuves en tenant compte du contexte sanitaire».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.