Algeria Disrupt 2022 : De nouvelles mesures pour renforcer les start-up

07/03/2022 mis à jour: 11:51
2501

La 2e édition de la Conférence nationale des start-up, «Algeria Disrupt 2022», a vu l’annonce de nouvelles mesures incitatives au profit des start-up devant renforcer les acquis du secteur durant les deux dernières années.

Organisée par les services du ministère délégué chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up au Centre international de conférences Abdellatif Rahal à Alger, cette conférence a été marquée par la présence du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, de membres du gouvernement et de hauts responsables de l’Etat. Cet événement, auquel ont pris part des start-up et des incubateurs, a été une occasion de rencontre entre les professionnels du secteur et les porteurs de projets innovants.

«L’Algérie vit aujourd’hui des mutations multidimensionnelles. Parallèlement aux réformes politiques entamées par le président de la République depuis son investiture à la tête du pays et l’opération de renouvellement des institutions de l’Etat algérien, les réformes économiques occupent une place importante et axiale dans le programme présidentiel», a souligné le Premier ministre dans son allocution d’ouverture.

Pour sa part, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up,Yacine El Mahdi Walid, s’est félicité «du développement réalisé dans l’environnement des start-up qui a connu une amélioration notable durant les dernières années, tant au niveau des cadres juridiques et réglementaires qu’au niveau des mécanismes d’appui et de financement mis en place par l’Etat».

Le ministre délégué a présenté le bilan d’activité annuel de son secteur ainsi que les engagements obtenus en matière d’appui des start-up en Algérie. M. Walid a annoncé, en outre, de nouvelles mesures au profit des start-up et des incubateurs, à l’instar d’un mécanisme relatif à la prise en charge des frais inhérents aux brevets d’invention et à la propriété intellectuelle.

Lors de cette conférence, le directeur des start-up et des structures de soutien au ministère délégué, Noureddine Ouadah, a présenté une synthèse sur les travaux du Comité national des start-up, chargé de l’examen des demandes d’obtention du label «Start-up», composé d’experts du secteur privé et cadres de dix ministères.

De son côté, Nassima Arhab, Chargée d’études et de synthèse (CES) au niveau du ministère délégué, a annoncé de nouvelles mesures de soutien à l’innovation en Algérie, dont le programme «Kick Start», qui vise à accompagner les porteurs de projets innovants dans la création de leurs start-up.

Elle a également fourni des explications sur la prise en charge par l’Etat des dépenses liées aux brevets d’invention afin d’aplanir tous les obstacles entravant un projet innovant.

Une convention entre le groupe public «Elec El Djazaïr» et la start-up «Algeria Venture» a été également signée lors de cette rencontre. A ce propos, le directeur général d’«Algeria Venture», Sid Ali Zerrouki, a révélé un programme d’innovation ouvert qui permettra aux start-up d’apporter des solutions innovantes aux entreprises du groupe industriel. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.