Afrique du Sud : Sur Table Mountain au Cap, les criminels ciblent les touristes

17/12/2023 mis à jour: 07:58
868
Photo : D. R.

La recrudescence des attaques criminelles ciblant les touristes en Afrique du Sud suscite des inquiétudes croissantes auprès des autorités et des professionnels du secteur, alors que la saison des vacances d’été austral bat son plein.

Les randonneurs sont déjà en marche lorsque le soleil se lève sur Table Mountain, joyau touristique sud-africain surplombant Le Cap. Mais cette fois, ils ne sont pas venus observer les merveilles de la nature: ils manifestent contre la recrudescence des attaques visant promeneurs et touristes. Mary Lloyd est parmi la cinquantaine de protestataires qui veulent tirer la sonnette d’alarme alors que dans quelques jours, la saison touristique battra son plein en Afrique du Sud, avec les vacances de fin d’année et l’été austral.

Il y a deux semaines, la retraitée de 75 ans faisait sa promenade quotidienne sur les sentiers du massif lorsque deux hommes se sont jetés sur elle. La bâillonnant d’une main, les agresseurs se sont emparés de son téléphone et de ses bijoux, menaçant de lui couper le doigt pour récupérer sa bague. «Je ne me sens plus en sécurité», dit-elle encore secouée.

Munis de lampes frontales, les manifestants réclament sur des banderoles «la sécurité dans notre montagne». Selon la Ville, près de 80 agressions ont eu lieu sur le site cette année.

L’association des Amis de Table Mountain a recensé un incident tous les deux jours 
en octobre. Et récemment, même des 
sauveteurs, lors d’une opération nocturne, se sont fait dévaliser. «Les criminels prennent les randonneurs pour des cibles faciles», regrette le président de l’association, Andy Davies, qui arpente lui aussi quotidiennement les chemins en terre battue.

Poule  aux œufs d’or

La montagne reconnaissable à son sommet plat est habituellement un «havre de paix» et une «attraction touristique de premier rang», dit-il. «Les randonneurs ont tendance à baisser leur garde», dit Munashe Serima, une randonneuse de 25 ans. Mais désormais, «il faut rester vigilant sur la montagne».  L’Afrique du Sud traîne la sulfureuse réputation d’être l’un des pays les plus dangereux au monde, avec des taux de meurtres et de viols records. Et cette nouvelle forme de criminalité visant certains sites les plus visités du pays inquiète les professionnels du tourisme et les autorités.

«Table Mountain est l’un des parcs nationaux qui rapportent le plus au pays», souligne Kathy Leverton, une guide de montagne de 39 ans qui parcourt tous les jours les sentiers du massif avec des touristes.  «Ne pas y assurer la sécurité, c’est tuer la poule aux œufs d’or», poursuit-elle, avouant désormais «y réfléchir à deux fois avant d’accepter une excursion au lever du soleil, parce que c’est risqué d’attendre dans l’obscurité».

Le pays a accueilli quatre millions de touristes au cours des six premiers mois de l’année. Le secteur contribue davantage à l’économie que l’agriculture. Et Table Mountain attire chaque année des centaines de milliers de visiteurs venus profiter des sentiers et des points de vue à couper le souffle. Des équipes de rangers et de policiers, assistés de drones et d’hélicoptères, patrouillent désormais le site.

Et si les autorités assurent avoir «procédé à de nombreuses arrestations ces dernières semaines», elles recommandent tout de même de randonner «en groupe» et plutôt en journée, la plupart des incidents survenant à l’aube ou de nuit. «Près de 240 000 personnes vivent de l’industrie du tourisme», explique à l’AFP le responsable des services de sécurité et de secours de la ville du Cap, Jean-Pierre Smith.

Le phénomène touche également la capitale économique Johannesburg. Des criminels armés, à bord de puissantes voitures, ont dernièrement attaqué des bus transportant des touristes étrangers d’un centre de villégiature vers un casino. La police a renforcé ses patrouilles notamment sur les routes.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.