Absurdités occidentales

14/03/2022 mis à jour: 04:03
1800

Le leader américain des réseaux sociaux, Meta, vient d’autoriser les adhérents de sa plateforme Facebook à insulter et à user de propos haineux contre l’armée russe ! 

Une absurdité de trop dans l’escalade des sanctions occidentales, non économiques, inaugurée par une série d’exclusions plus grotesques les unes que les autres à l’encontre de personnes de nationalité russe. Il n’en fallait pas plus pour déchaîner les rivalités entre commentateurs pour tourner en dérision ces chefs d’Etat et ces faiseurs d’opinions à la BHL qui poussent la bêtise jusqu’à interdire à un chef d’orchestre de donner des concerts en Europe, juste parce qu’il partage la même nationalité que Vladimir Poutine.
 

Comme en Algérie, les incongruités occidentales auxquelles Meta vient de mettre un point d’orgue provoquent l’effet inverse parmi les populations, dont les réactions sont massivement véhiculées par des médias sociaux (pas toujours américains), à l’image de Tik Tok. Nous sommes visiblement loin de l’adhésion unanime et évidente escomptée par les porte-drapeaux du «monde libre et civilisé» dans sa drôle de guerre contre la Russie.

 L’Occident donneur de leçons de démocratie et d’humanisme est en train de perdre cette bataille de l’opinion, et se fait blâmer comme un cancre. Une bonne partie du monde se construit une opinion différente, voire contradictoire avec le récit que veulent imposer les élites occidentales et leurs médias embedded, pris en flagrant délit de mensonges dans des épisodes précédents, depuis le Vietnam jusqu’à la Libye en passant par l’Irak et la Syrie.

 L’opération tourne au fiasco à cause de la charge de ridicule et de mensonges contenus dans certaines images devenues virales, comme celle montrant une mise en scène de faux cadavres ukrainiens victimes de la «barbarie russe», étalés devant des journalistes médusés et indignés. L’interdiction d’antennes européennes à la chaîne RT, et le rôle propagandiste confié aux mass-media complices achèvent de mettre à nu l’hypocrisie occidentale et sa stratégique fabrication du mensonge. 

A contrario, dans la quête de la vérité, les médias alternatifs jouent un rôle tout aussi décisif, eux qui tournent le dos à la propagande en ouvrant leurs espaces aux voix discordantes. Et ils s’en trouvent qui apportent des éclairages précieux pour la compréhension des véritables enjeux de cette guerre, ses origines et ses implications. Des journalistes et des intellectuels européens, honnêtes et courageux, battent en brèche les thèses officielles et dévoilent l’humanisme et la compassion occidentale à géométrie variable, et son eurocentrisme déguisé. 
 

La remise en cause du monde unipolaire grâce à la (ré)émergence de la Chine et la Russie sur la scène internationale semble restreindre fortement les récits toxiques de l’OTAN et donner plus de chances à la vérité pour atteindre l’opinion. La guerre d’information n’est plus à sens unique.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.