Absence de commodités au site 1019 logements AADL d'Oued Hamimime à El Khroub (Constantine) : Les habitants réclament l’intervention des autorités

07/04/2022 mis à jour: 11:17
1750
Une décharge publique a pris naissance juste en face des immeubles en l’absence de points de collecte / Photo : D. R.

Le site est dépourvu d’établissements scolaires, ce qui représente un calvaire pour les écoliers et les collégiens, en plus de l’insécurité qui y règne et le défaut d’éclairage public.

Depuis une année, les habitants du site des 1019 logements AADL d’Oued Hamimime à El Khroub, situé à 15 km de Constantine vivent un véritable calvaire. Ils sont au bout du rouleau et leur situation n’est pas vraiment au beau fixe.

Au moment où ils avaient pris possession de leurs appartements tant attendus, pour lesquels ils ont consenti d’énormes sacrifices, ils se sont retrouvés dans des immeubles truffés de défaillances et un site dépourvu de commodités.

Ils se sentent livrés à eux-mêmes. «Nos problèmes ont commencé en janvier 2021, quand nous avons occupé nos logements dans lesquels nous avons relevé de nombreuses défaillances au moment où l’entreprise chargée des travaux a quitté le projet pour achever les travaux sur le site des 900 logements AADL d’El Mouzina qui faisait partie du même projet, mais ce dernier a été divisé en deux en raison d’un litige foncier avec les propriétaires terriens ; jusqu’à ce jour les réserves n’ont pas été levées sur notre site, malgré toutes les correspondances adressées à la direction régionale de l’AADL ; nous avons été contraints d’engager des travaux dans nos appartements avec notre propre argent», a déclaré à El Watan Lyes Abdessemed Ziouane, représentant des habitants qui se sont organisés en association pour faire parvenir leurs revendications aux autorités et aux responsables de l’AADL.

Mais les problèmes ne s’arrêteront pas là, car une fois installés, les habitants se sont retrouvés face à un véritable dilemme.

Le site ne dispose pas d’une école primaire, ni d’un CEM ni d’un lycée. «Nos enfants vivent un cauchemar au quotidien. Les petits sont obligés de se déplacer jusqu’à l’école primaire d’Oued Hamimime, la localité la plus proche, sans transport, sans route et dans des conditions très pénibles par temps pluvieux ; les collégiens et les lycéens doivent se déplacer jusqu’à la cité des 900 Logements à El Khroub dans un seul bus ; nous avons dû batailler pour avoir un deuxième bus, mais cela reste encore insuffisant», ajoute le président de l’association des 1019 Logements AADL.

Une gestion catastrophique

Et ce n’est pas tout. La gestion du site par Gest-Immo, une filiale de l’AADL est qualifiée de catastrophique. «L’Enterprise chargée de la gestion est complètement absente ; il n’y a ni éclairage public, ni gardiennage, ni entretien des espaces communs, ni espaces verts, ni rien du tout, alors qu’on nous oblige à payer des frais pour des charges qui n’ont jamais été assurées ; c’est pour cela que nous avons engagé une plainte en justice contre Gest-Immo pour refuser de payer ces charges», ajoute Lyes Ziouane.

Pour les habitants, il est inadmissible qu’il n’y ait pas de bacs à ordures ni d’opérations régulières de collecte des ordures ménagères dans un site qui compte des centaines de familles. «Les camions de collecte passent souvent une fois par semaine ; ce qui est insignifiant; une décharge publique a pris naissance en face des immeubles avec toutes les nuisances qui en résultent», déplore notre interlocuteur.

Faute d’éclairage et de gardiennage, l’insécurité est devenue la hantise des résidents. Récemment, les riverains se sont réveillés sur la scène inédite d’une voiture sans ses quatre pneus, démontés et volés à la faveur de l’obscurité, ce qui fait craindre encore le pire. Même le réseau de téléphonie mobile est très faible alors que le réseau de fibres optiques est inexistant.

Le site est souvent complètement isolé. «On ne peut même joindre nos familles où les services de la Protection civile et ceux de la sûreté en cas de problème, et on n’a même pas de connexion à Internet», regrettent les habitants.

Des lettres et des correspondances ont été adressées à toutes les autorités, y compris celles de la commune d’El Khroub et de la wilaya, mais l’attente des riverains perdure.

«Nous sollicitions l’intervention des responsables de l’AADL pour régler les problèmes encore en suspens, comme nous demandons au wali, au chef de la daira et au P/APC d’El Khroub d’user de leur autorité pour nous assurer les commodités nécessaires, notamment la réalisation d’établissements scolaires, assurer le transport et la collecte des déchets ménagers en attendant mieux», conclut le représentant des résidents.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.