À Jérusalem, restaurer des manuscrits pour faire connaître l'histoire palestinienne

24/07/2023 mis à jour: 11:00
1063
La majeure partie des manuscrits provient de la bibliothèque Khalidi, fondée en 1900 par Raghib al-Khalidi, un notable palestinien qui a étudié à la Sorbonne à Paris

Au cœur de la bibliothèque Khalidi à Jérusalem-Est, Rami Salameh s'attelle avec minutie à la restauration de précieux documents historiques palestiniens, offrant un rare aperçu de l'histoire de la ville. 

Ce restaurateur expert, formé en Italie, travaille depuis deux ans et demi sur près de 1200 pages de douze manuscrits datant de la période ottomane et appartenant à des bibliothèques privées palestiniennes. Parmi ces manuscrits, on trouve des textes juridiques, d'astronomie, une biographie de Mahomet et le Coran.

La bibliothèque Khalidi possède la plus grande collection de manuscrits arabes et islamiques des territoires palestiniens. Fondée en 1900 par Raghib al-Khalidi, un notable palestinien qui a étudié à la Sorbonne à Paris, cette bibliothèque regorge également d'ouvrages en persan, en allemand et en français, dont une impressionnante série de livres de Victor Hugo.

La collection de la bibliothèque offre un rare aperçu de la vie passée dans la ville sainte, avec des livres, de la correspondance, des décrets de l'empire ottoman et des mémoires, y compris ceux de la famille Khalidi. Certains de ces manuscrits remontent jusqu'au Xe siècle, témoignant de la présence palestinienne dans la région depuis des siècles.

Cependant, depuis l'occupation et l'annexion de la Vieille ville de Jérusalem par Israël en 1967, les familles et institutions palestiniennes font souvent face à des expulsions jugées illégales par l'ONU et la communauté internationale. Une partie de la bibliothèque Khalidi a également été expropriée pour construire une école religieuse juive.

Malgré ces défis, la bibliothèque s'engage à préserver le patrimoine culturel arabe de Jérusalem en effectuant des travaux de restauration et de numérisation. Shaimaa Al-Budeiri, responsable des archives numériques, a numérisé environ 2,5 millions de pages de manuscrits pour permettre aux chercheurs d'accéder aux archives à distance. La bibliothèque espère obtenir davantage de fonds pour moderniser son atelier et améliorer ses équipements afin de protéger ces précieux documents pour les générations futures. Pour Rami Salameh et son équipe, ce travail de préservation est un acte d'amour envers les livres et l'histoire qu'ils renferment.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.